imprimer (nouvelle fenêtre)

Guy Thomas

Récit de voyage, documentaire cinématographique.

Portrait noir et blanc de Guy THOMAS
© Olivier Pasquiers

La vie

Guy Thomas s'intéresse depuis toujours à la photographie et au cinéma documentaire. Ce sont ces deux passions qui le conduiront dans de multiples voyages à travers le monde d'où il ramènera films et photos : Yougoslavie, Grèce, Espagne, Israël, Afrique du Nord, et surtout Maroc. Il collabore au Service de la Recherche de l'ORTF. Au Cachemire, il réalise un film sur la vie des populations de l'Himalaya de l'Ouest. Intéressé par les problèmes actuels, il réalise, au cours de deux séjours aux USA, un long métrage, New York, huit millions de visages . Il séjourne plusieurs mois au Japon, d'où il rapporte un long métrage, Tokyo, le Japon sans masque . Avec Jean Raspail, il parcourt les Antilles pour capter les images de Haïti et les îles de la mer Caraïbe . Aux Indes, il réalise Le Journal d'un cinéaste en Inde , puis Poème indien, qui traite uniquement de l'art.

Il retourne aux États-Unis pour filmer Ô Californie .

Il parcourt à pied les hautes vallées du Népal puis fait le tour du monde en reprenant le fameux itinéraire du roman de Jules Verne et réalise Le Tour du monde en cent quatre-vingt jours . Il se joint comme cinéaste à une expédition himalayenne.

Il filme les éruptions du Ragarambiro (Zaïre).

Il effectue plusieurs voyages en Chine pour réaliser Pékin et quelques autres parfums de Chine . Passionné par l'art et l'histoire de la Renaissance italienne, il y consacrera plusieurs longs métrages. Il est un des doyens de Connaissance du monde.

Extrait

Car il ne s’agit pas du mouvement des feuilles, mais du voyage du vent.

L’historien divise le temps en périodes et pour cela il lui faut du recul. Il est relativement facile de parler de la période de la pierre taillée ou de la pierre polie. Mais comment va-t-on appeler notre époque ?

Pour le moment, nous vivons l’ère de l’ordinateur envahissant. On peut, dans cet ordinateur, « rentrer » l’histoire de notre Europe occidentale. Si l’on demande à la machine quels sont les mots le plus souvent utilisés, il paraît que pour l’Europe occidentale, ce serait liberté et individualité.

L’Europe va naître, l’Europe se fait, l’Europe est faite, clament les médias. Pourquoi cette idée ressurgit-elle dans certains pays ? Parce que ces pays-là ont eu en commun une même civilisation.

Les chemins de Florence , Éditions A. Barthélemy, 2000.

En quelques livres

  • Cachemire , Éditions Berger-Levrault, 1964.
  • New York , Éditions École des Loisirs, 1968.
  • Tokyo , Éditions Ecole des Loisirs, collection Visages de 1 'Homme, 1970.
  • L'Inde , Éditions Presses de la Cité, 1975.
  • Ô Californie , Éditions Presses de la Cité, 1979.
  • Mon tour du monde en cent quatre-vingt jours , Éditions Presses de la Cité, 1980.
  • Les chemins de Florence , Éditions A. Barthélemy, 2000, réédition 2003.

Films documentaires

  • Cachemire, vallée heureuse de l'Himalaya.
  • New York, huit millions de visages.
  • Tokyo, le Japon sans masque.
  • Le Journal d'un cinéaste en Inde.
  • Poème indien.
  • Haïti et les îIes de la mer Caraïbe.
  • Le Tour du monde en cent et quatre-vingt jours.
  • Venise, Florence et Rome.
  • Rendez-vous à Florence.
  • L'Italie des artistes.

Propositions d'interventions

Conférences autour de ses films.

Coordonnées

4, boulevard Foch
77300 Fontainebleau

01 64 22 87 07