flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

La poésie triomphe en Seine-et-Marne !

  • Retour
  • 14-05-2018
  • Prix des lycéens de la Région Ile de France

Découvrez les lauréats retenus pour 2018 et leurs œuvres

Le 16 mars au Salon du Livre de Paris s’est achevée la 7ème édition du Prix littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle. L’événement animé par Mathilde Serrell s'est ouvert sur une partie musicale par le rappeur Lonepsi qui a rassemblé sur la grande scène tous les acteurs du Prix et en particulier les élèves des 40 classes concernées.

Les lycéens ont dû voter à partir d’une sélection des 40 ouvrages – 5 pour chacun des 8 départements d'Île-de-France – effectuée par le comité de lecture composé de bibliothécaires, libraires et professeurs. Voici la liste des titres en compétition pour l’année 2017-2018.

Maintenant c’est le moment d’annoncer les lauréats !

Lauréat de Seine-et-Marne

caverne orcel


Makenzy Orcel, Caverne, suivi de Cadavres, Éditions La Contre Allée

Citation : « Caverne est une chanson personnelle. Un chant intime. De tout ce que j’ai fait jusqu’à présent, pour moi, le plus important, ma priorité, c’est ma poésie. Le travail sur la langue. cette quête de sens, de quintessence. D’un langage qui tient autrement au réel. Il faut écrire de la poésie, écrire vraiment sans se demander pourquoi, parce que c’est comme ça, il n’y a rien à expliquer, rien à comprendre. Pourquoi pas ? Toute littérature est tentative de se maintenir en équilibre. »

La victoire de Makenzy Orcel confirme la place de la poésie dans la littérature contemporaine et renforce son lien avec les jeunes publics. Caverne c’est un cri, un retour à l’enfance. Les lycéens ont été marqués par cette écriture puissante qui part du réel, bouscule les perceptions des lecteurs et arrive à toucher au cœur la question de la poésie comme laboratoire centrale de la langue. La médiathèque départementale de Seine-et-Marne, qui œuvre depuis longtemps pour que les jeunes collégiens et lycéens puissent rencontrer et apprécier les écritures poétiques et théâtrales contemporaines, est particulièrement fière de ce prix.

Le lauréat de Paris

le bon fils


Denis Michelis, Le Bon Fils, Éditions Notabilia

Un père et son fils cherchent à se faire une place l’un auprès de l’autre dans une nouvelle vie à la campagne. Mais comment peuvent-ils espérer en leur avenir si le fils refuse de bien travailler au lycée et si le père néglige son rôle de parent ? L’arrivée inopinée d’un dénommé Hans, un « ami » de longue date, personnage équivoque aux méthodes étranges, bouscule leur vie et lui donne un sens insoupçonné. Le roman entrelace obsessions et métaphores sur le mythe d’Œdipe et nous fait mesurer à quel point le passage à l’âge adulte transfigure la réalité. De son ton dérangeant, Denis Michelis cisèle dans cette tragicomédie une critique drôle et acerbe de notre conception de la réussite familiale, sociale et amoureuse.

Citation : « Si j’avais eu le choix, poursuit mon vieil âne de père, je t’aurais laissé filer sur la longue route, mais les pères doivent prendre soin de leurs fils, c’est ainsi depuis toujours. Même si c’est un fils comme toi. »

Lauréat des Yvelines

les gueules rouges


Jean-Michel Dupont et Eddy Vaccaro, Les Gueules rouges, Éditions Glénat

Été 1905. En tournée dans toute l’Europe, le cirque de Buffalo Bill s’arrête à Valenciennes. Un événement considérable pour la population locale et l’occasion pour Gervais, un gamin qui travaille au fond de la mine, d’élargir son horizon. De sa rencontre poignante avec des Sioux du cirque va naître une terrible erreur judiciaire quand ses amis indiens sont accusés d’un meurtre sauvage...

Riche en péripéties, ce western transposé au pays de Germinal est aussi une chronique truculente de la vie quotidienne des mineurs au début du XXe siècle, sur fond de remous politiques provoqués par les syndicats anarchistes et l’imminence de la loi sur la laïcité.

Lauréat de l'Essonne

avant que les ombres s effacent


Louis-Philippe Dalembert, Avant que les ombres s'effacent, Éditions Sabine Wespieser

Dans le prologue de cette saga conduisant son protagoniste de la Pologne à Port-au-Prince, l’auteur rappelle le vote par l’État haïtien, en 1939, d’un décret-loi autorisant ses consulats à délivrer passeports et sauf-conduits à tous les Juifs qui en formuleraient la demande. Avant son arrivée à Port-au-Prince à la faveur de ce décret, le docteur Ruben Schwarzberg fut de ceux dont le nazisme brisa la trajectoire. Devenu un médecin réputé et le patriarche de trois générations d’Haïtiens, il a tiré un trait sur son passé. Mais, quand Haïti est frappé par le séisme de janvier 2010 et que sa petite-cousine Deborah accourt d'Israël parmi les médecins du monde entier, il accepte de revenir sur son histoire.

Avec cette fascinante évocation d'une destinée tragique dont le cours fut heureusement infléchi, Louis-Philippe Dalembert rend un hommage tendre et plein d’humour à sa terre natale, où nombre de victimes de l’histoire trouvèrent une seconde patrie.

Lauréat des Hauts-de-Seine

pas trop saignant


Guillaume Siaudeau, Pas trop saignant, Éditions Alma

Un beau jour, Joe, un jeune homme, employé aux abattoirs, entend à la télévision un couple retraité expliquer qu’ils ont vendu la maison pour acheter un camping-car et qu’ils vont partir sur les routes histoire de ne pas mourir idiot. Illico, Joe décide lui aussi de mettre les voiles. Sur son lieu de travail, il fauche une bétaillère (bestiaux compris), passe prendre son plus proche ami, Sam un enfant placé, et file au volant de l’engin sur les routes montagneuses de la région. Évidemment, la gendarmerie est alertée mais la chasse à l’homme commence plutôt mollement. L’insurgé, l’enfant et les six vaches auront le temps de rencontrer d’épatantes personnes.

Organisé par la Région avec la Maison des écrivains, le Prix littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle a trois objectifs :

  • faire découvrir aux jeunes la littérature contemporaine dans sa diversité,
  • leur permettre de développer une relation vivante à la lecture et à l’écriture, grâce à la rencontre d’auteurs de la sélection,
  • les familiariser avec les métiers et espaces du livre, notamment avec les bibliothèques et les librairies.

Ce prix est à la fois une action de découverte et de partage de la littérature, qui engage et responsabilise les jeunes en leur donnant l’opportunité de s’exprimer et de choisir un lauréat. Il leur permet en outre de développer leur créativité, de révéler des talents grâce aux ateliers menés dans les lycées sous la conduite des auteurs, des équipes pédagogiques encadrantes et des professionnels du livre.