flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

Printemps des poètes 2010

  • Retour
  • 03-03-2010
  • A Voix vives

Parité oblige ? Deux femmes poètes à Rentilly et deux hommes poètes dans les musées !

A la Médiathèque départementale, la poésie n'a pas de saison

Musée Mallarmé

Bientôt le printemps et dans ses giboulées le désormais rituel Printemps des poètes !

La Médiathèque départementale n’attend pas le printemps pour défendre la poésie : les A voix vives, les résidences , sa politique d’acquisition (collection thématique Poésie et théâtre contemporains ) en sont des preuves concrètes. On pourrait dire comme Jacques Roubaud qu’il y a de « l’obstination » en ce domaine quand tout dans notre société pousse trop facilement ailleurs. Il écrit : « La poésie ne se vend pas, donc la poésie n’a plus d’importance. La poésie n’a plus d’importance, donc ne se vend pas. Certes, ce genre littéraire n’est pas seul à voir s’affaiblir ses « parts de marché » sur la scène culturelle contemporaine. Le roman, la littérature en général, le livre même sont affectés. Mais dans le cas de la poésie, on a affaire à une forme extrême de cet effacement. A qui la faute ? ». La presse en parle rarement, les rayons de livre de poésie sont dans les librairies souvent absents, en bibliothèque aussi parfois.

Bien sûr, les fêtes, les manifestations sont autant d’arbres qui parfois cachent mal le dépérissement de la forêt. « On tue la poésie au lycée mais on la fête dans la rue » disait Michel Jarrety. Comme si ce que l’on ne parvenait plus à transmettre devenait objet de fête et de communication. Disons que nous ne chercherons pas à faire de l’événementiel, ce qui va si mal avec la lecture de poésie, plus de l’ordre du cheminement, nous essaierons avec ce temps du Printemps des poètes de créer des temps privilégiés et poursuivre notre engagement en offrant des rencontres avec des poètes, des temps d’écoute et de dialogues.

Nous proposons aussi une sélection de livres autour de la poésie et les femmes, entrée retenue cette année par l’association « Printemps des poètes ». Jean-Pierre Siméon, directeur de cette association s’explique sur ce choix : " Disons-le sereinement, en poésie comme dans les autres domaines artistiques, la femme a le plus souvent été cantonnée à un rôle subalterne : muse, confidente, consolatrice… La valeur péjorative de l’appellation « poétesse » en dit plus que de longs discours. La question n’est pas de débattre s’il y a ou non une poésie féminine. La question est de mettre en lumière l’apport, à travers l’histoire, des femmes poètes et leur présence remarquable dans la création contemporaine. Ce pourra être aussi l’occasion de considérer les représentations du féminin dans l’imaginaire poétique, au-delà des stéréotypes de la célébration amoureuse ."

Retour au menu

Côté femmes, Françoise Ascal et Patricia Castex-Menier à Rentilly


Au Parc culturel de Rentilly, mardi 16 mars 2010
  • A 14h, A Voix vives avec Patricia Castex-Menier
  • A 19h30, A Voix Vives avec Françoise Ascal et Patricia Castex-Menier

Lieu de promenade à découvrir, le Centre Culturel de Rentilly est un site d’arts accueillant expositions, spectacles vivants : artistes plasticiens et écrivains en résidence dans des salles hors normes : bains turcs, salle des trophées et une orangerie abritant un centre de ressources documentaires spécialisé en art contemporain, art des jardins et du paysage.

Patricia Castex-Menier

Tout l’or du monde, confié jadis à ton prénom

Rencontre en présence d’élèves du Collège Léonard de Vinci de Saint-Thibault-des-Vignes et lecture des textes par Fanny Cottençon. En partenariat avec l’association Textes et Voix.

Avec la patience d’un artisan, Patricia Castex Menier a su forger une écriture poétique délicate. Il y a un secret à l’œuvre dans cette poésie, une manière de s’adresser à un être mystérieux qu’elle semble côtoyer chaque jour et dont elle aura peut-être envie de nous en dire l’identité et l’histoire. Un être angélique et démoniaque à la fois qui est devenu de livre en livre une présence à laquelle on peut prêter un visage mais qui semble aussi le lecteur ou une figure d’inspiration nécessaire pour écrire. Par ce geste singulier, Patricia Castex Menier tresse une poésie qui fait de chaque volume de sa poésie un livre d’heures accessible à tous.

Retour au menu

Françoise Ascal et Patricia Castex Menier

Lecture par la comédienne Fanny Cottençon, suivie d’une rencontre autour d’une collation avec les auteurs. En partenariat avec l’association Textes et Voix.

Françoise Ascal est en résidence au Parc Culturel de Rentilly de janvier à septembre 2010. Auteur de plusieurs recueils, notamment aux éditions Apogée, Françoise Ascal est poète avant toute chose : récits, nouvelles, journaux ne sont que d’autres expressions de cette même recherche poétique. Son amour des arts plastiques, concrétisé par de nombreux livres de bibliophilie réalisés avec des peintres, en fait une « résidente » idéale au Centre culturel de Rentilly. À ses côtés, Patricia Castex Menier, après une rencontre avec des collégiens à 14 heures, répondra aussi à des questions sur son parcours et sa poésie.

Rencontre-lecture animée par Marc Blanchet.

Réservation indispensable au 01 60 35 46 72.

Retour au menu

Côté hommes, Gérard-Titus Carmel et Bernard Noël dans les musées


Au Musée Stéphane Mallarmé, samedi 13 mars
  • A 15h30, A Voix vives avec Bernard Noël

Situé dans une ancienne auberge agrémentée d'un jardin, le musée propose de découvrir l'atmosphère où le poète a tant aimé vivre à travers ses meubles, livres, objets familiers et œuvres d'art. Dans les salles du rez-de-chaussée, les expositions temporaires complètent l'évocation de la vie et de l’œuvre de l'auteur du Coup de dés . Jusqu'au 2 mai : Mallarmé fait son cinéma : lanternes magiques et projections lumineuses . L'exposition retrace l'histoire de la "lanterne magique", appareil optique permettant la projection amplifiée sur écran d'images peintes sur verre : contes, fables ou images pédagogiques. Extrêmement populaire au 19e siècle, utilisée chez les Mallarmé, la lanterne magique annonce la découverte du cinéma.

Bernard Noël, au musée Mallarmé

La peau des choses / est dans nos yeux / voir écorche

Poète, romancier, essayiste, Bernard Noël est l’un des grands auteurs français contemporains. Auteur d’un récit sur l’épouse de Stéphane Mallarmé, La Maladie du sens (éditions P.O.L), où il approche la figure mystérieuse du poète à travers l’évocation de son épouse, Bernard Noël nous parlera de l’influence de Mallarmé sur son œuvre, où l’on trouve également une méditation très forte sur la parole poétique, dans une écriture où prédomine une sensualité des mots violente et organique. L’occasion d’entendre aussi ce poète, présent par deux volumes en poésie : Gallimard ( La Chute des temps et Extraits du corps ), lire ses propres textes dans un lieu où résonnera un double héritage : celui de Mallarmé pour Noël, et celui de Noël pour des auteurs, et des lecteurs, d’aujourd’hui.

Rencontre-lecture animée par Marc Blanchet.

Réservation indispensable au 01 64 23 73 27.

Retour au menu

Au Musée de l’École de Barbizon, dimanche 14 mars
  • A 15h30, A Voix vives avec Gérard-Titus Carmel

Dans le beau village de Barbizon, le musée témoigne dans trois salles des recherches artistiques de peintres de la fin du dix-neuvième siècle, inspirés par les paysages de cette partie de la Seine et Marne. Un lieu attachant où domine la subtile peinture de Théodore Rousseau.

Gérard-Titus Carmel, au musée de Barbizon

J’ai surpris le jour sur le point de mourir

Un peintre pour parler de peinture : l’idéal ! Oui mais un peintre-écrivain, auteur de nombreux essais sur ces pairs (dont un Edouard Munch de référence aux éditions Virgile), et dont la poésie, par ses méditations, sa répétition du poème devant l’absence ou la nature symétrique de la composition des ouvrages (pour déjouer les pièges de la mort ?) révèlent un chaos intérieur qui nécessite un geste de maîtrise semblable à celui du peintre devant le surgissement des formes. Auteur de nombreux recueils de poésie aux éditions Champ Vallon et Obsidiane, Titus-Carmel a su allier au cours du temps peinture et écriture dans la grande tradition des peintres-écrivains. Gageons que son regard saura nous révéler auprès des artistes de Barbizon des horizons nouveaux.

Rencontre-lecture animée par Marc Blanchet.

Réservation indispensable au 01 60 66 22 27.

Retour au menu

Voir aussi

Sur ce site

Sur Internet


EN SAVOIR PLUS

Sur Françoise Ascal

Sur Patricia Castex Menier

télécharger

contact

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à contacter :