flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

Le dépaysement, voyages en France

  • Retour
  • 16-05-2012
  • A Voix vives

Lecture-rencontre avec l’écrivain Jean-Christophe Bailly au Musée Mallarmé le 27 mai.

« Quand sentir, penser c’est arpenter les surfaces du monde. »

Relire le paysage

J.C Bailly

Après Jean-Michel Maulpoix, Jean Maison, Gérard Macé, Bernard Noël, Yves Bonnefoy… le Musée départemental Mallarmé poursuit avec la Médiathèque départementale l’art de provoquer des rencontres avec des auteurs d’aujourd’hui. Le lieu s’y prête. La figure de Stéphane Mallarmé conduit à l’exigence et à un possible pas de côté vers la vie en bord de Seine. Suivons Mallarmé dans sa manière d’accueillir d’autres artistes, auteurs dans sa demeure. Le décor est idéal pour entendre Jean-Christophe Bailly, poète et philosophe, professeur à l’Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois. Son récent ouvrage Le Dépaysement, Voyages en France, prix « Décembre » 2011, pourrait après tout entrer en écho avec les parcours effectués par Mallarmé entre Paris et Vulaines. Cet essai emmène le lecteur parcourir villes, territoires, no man’s land…pour sentir, penser...la France. La France, est-il sûr et est-il nécessaire que ce mot désigne encore aujourd'hui quelque chose de singulier ? Et si oui, quoi ? Pour sonder les innombrables couches de strates et de signes permettant de répondre à ces questions hors de tout a priori et de toute compulsion identitaire, l'auteur a sillonné pendant plusieurs années le territoire. Ce sont ces parcours que ce livre retrace en trente-quatre chapitres. Un "état des choses", donc, mais qui est aussi une tentative littéraire inattendue. Cette rencontre sera animée par Marc Blanchet, photographe et écrivain.

Avant-propos de Marc Blanchet

Dimanche 27 mai 2012 15 h

4, promenade Stéphane Mallarmé

77870 Vulaines-sur-Seine

  • Réservation au 01 64 23 73 27 et mallarme@cg77.fr
  • Gratuit dans le cadre des « À voix Vives », programmation de la Médiathèque départementale, et de « À vous de lire »
  • Durée : 1 h 15

« Avec la parution récente de Le Dépaysement, sous-titré « Voyages en France », Jean-Christophe Bailly a ajouté une pierre essentielle à l’impressionnant édifice que constitue son œuvre depuis plusieurs années. Une telle comparaison peut sembler maladroite, sinon trompeuse : pourquoi parler de construction quand ces livres invitent au mouvement, au déplacement, et que l’écriture-même de Bailly garde en elle une vivacité qui lui donne une bienveillance proche de l’adresse, fût-elle plus ressentie que manifeste ?
Eh bien c’est que ce grand lecteur fait justement de nous des lecteurs passionnés, qui doivent maintenant considérer dans leur bibliothèque une série d’ouvrages qui s’est imposée avec le temps et ne cesse de s’accroître par ces correspondances secrètes ou celles, fort nombreuses, qu’elle établit avec d’autres ! Et puis il y a aussi, dans ce long essai en grande partie inqualifiable que représente Le Dépaysement, quelque chose de presque monumental, une pierre de touche qui emmène le lecteur vers le sentiment d’une appartenance à un territoire, lui fait parcourir villes, régions, parfois d’un coup de train de l’une à l’autre, en accéléré, comme aussi, soudainement, au ralenti, parmi des no man’s lands qui appartiennent tout autant à cette France visitée ici sous différents aspects. Il ne s’agit pas pour Bailly de prétendre à l’exhaustivité (impossible et de plus prétentieux), seulement, et l’humilité est là pour le prouver, d’effectuer une somme de voyages à la découverte d’un pays, et non de son identité !
Ainsi se retrouve-t-on autant à regarder passer la Garonne et ses hôtes, qu’à méditer dans un familistère. Néanmoins ce sentiment n’est pas effleuré : il s’approfondit au contact de l’Histoire et de ses traces, des œuvres d’un pays, de ses hommes, anonymes ou grands. Un paysage alors se dessine, tantôt urbain tantôt campagnard, en tout cas provincial, autour de l’œil cyclopéen de Paris. Pas d’identité donc et surtout pas d’idéologie : Bailly jamais ne tombe dans ce piège, il sait naviguer (le livre se fait beaucoup parmi de nombreux cours d’eau, modestes ou puissants) pour raconter, à des rythmes d’écriture variés, allant de l’imprégnation poétique à l’intelligence essayiste, conquêtes, défaites, immigration des êtres et des savoirs, vérités historiques et légendes d’un pays que l’on peut enfin regarder ici d’un œil juste, pour reconnaître en lui notre propre passé comme notre probable actualité.
Cette nouvelle pierre de l’édifice Bailly vient donc ici s’imposer au beau milieu de livres consacrés à l’art, la littérature, le voyage, le théâtre, vaste méditation sur le langage, tant il s’agit, dans ces livres mais également pour nous, de déchiffrer le monde, entre connaissance et énigmes. »

Voir aussi

Sur le site

Sur le catalogue

Sur Internet

EN SAVOIR PLUS

Sur Jean-Christophe Bailly

Sur Marc Blanchet

télécharger