flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

A voix vives avec Christian Doumet

  • Retour
  • 29-05-2013
  • A voix vives

Le Musée départemental Stéphane Mallarmé poursuit l’ accueil de nos A Voix Vives dimanche 9 juin !

Trois huttes à la maison de Vulaines

A voix vives chez Mallarmé, nouvel épisode : Marc Blanchet s'entretient avec Christian Doumet

Doumet

Après Jean-Michel Maulpoix, Jean Maison, Gérard Macé, Bernard Noël, Yves Bonnefoy, Jean-Christophe Bailly… le Musée départemental Mallarmé poursuit avec la Médiathèque départementale l’art de provoquer des rencontres avec des auteurs d’aujourd’hui. Le lieu s’y prête. La figure de Stéphane Mallarmé conduit à l’exigence et à un possible pas de côté vers la vie en bord de Seine. Suivons Mallarmé dans sa manière d’accueillir d’autres artistes, auteurs à partager sa demeure ! Le décor est idéal pour entendre Christian Doumet, l’écrivain qui dans Trois Huttes, évoque le lien entre création, sagesse et habitation dans les pas de Bashô, Patinir, David Henry Thoreau. Christian Doumet est aussi spécialiste de la poésie des XIX et XXème siècle. C’est un homme qui a l’habitude d’analyser les textes et de s’interroger sur la poésie et le métier de poète.

Tous les chemins de lecture mènent à Christian Doumet :

De l’art et du bienfait de ne pas dormir :

Cet autre titre surprenant de Christian Doumet résonnera singulièrement dimanche 9 juin à 15h, heure habituelle de la sieste dominicale. Cette fois, nous serons heureux de ne pas dormir pour savourer les bienfaits de l’éveil.

  • Durée : 1 h 15. Gratuit dans le cadre des « À voix Vives », programmation de la Médiathèque départementale.
  • Sur réservation au 01 64 23 73 27 et mallarme@cg77.fr.

Christian Doumet est aussi romancier, essayiste, voyageur…Il a plus d’une corde à son arc, lui qui travaille sur l’esthétique musicale. Les titres de ses livres en disent long sur les multiples facettes de son œuvre : Le Japon vu de dos, Trois huttes, De l’art et du bienfait de ne pas dormir, La déraison poétique des philosophes, Faut-il comprendre la poésie ?, Voyage au cœur de la Chine en suivant la grande Diagonale de Victor Segalen…
Le dialogue pourra donc tout à la fois aborder la question de la maison de Stéphane Mallarmé mais aussi celle de la lecture de la poésie mallarméenne, en reprenant son interrogation : faut-il la comprendre ? L’échange pourra sans aucun doute prendre des chemins de traverse et renouer avec le fil du Japon, exploré l’an dernier au Musée avec la résidence de Corinne Atlan. Le métier de poète, la lecture, les maisons et les voyages offrent de savoureuses perspectives de conversation pour un dimanche de juin du côté de Vulaines.

Voir aussi

Sur le catalogue

Sur Internet