flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

Martin Page, à Provins, fait exploser les frontières !

  • Retour
  • 16-12-2019
  • Résidence d'auteur en Ile-de-france

Les collégiens et les lycéens participent à des rencontres et des ateliers qui bousculent leurs repères.

Parole à Martin Page

martin Page


« J’écris des albums jeunesse, des romans pour les enfants un peu plus grands, des romans pour les adolescents et les jeunes adultes, ainsi que des livres de littérature générale (dont un essai sur l’écriture).
Durant ce temps de résidence, j’ai pour projet un livre pour adolescents mettant en scène une jeune lycéenne qui découvre, par les hasards de l’orientation et à cause d’un cafouillage, quelque chose d’inattendu pour elle : les métiers manuels au sein d’une formation en lycée professionnel. La personnage principale du livre ne connaissait pas ce monde (elle vient d’un milieu social relativement favorisé) et sans doute le jugeait-elle, mais peu à peu elle va se lier avec d’autres élèves et des professeurs, elle va trouver sa place. L’idée pour moi est de confronter deux mondes séparés socialement et culturellement. C’est un thème récurrent dans mes romans : que se passe-t-il quand notre route dévie et qu’on se retrouve dans un univers inconnu, loin de nos repères ?

Cette résidence qui se tient à Provins a pour moi un grand intérêt : accueilli par les équipes enseignantes d’un collège et d’un lycée professionnel, établissements scolaires en dehors du centre ville, je suis en plein cœur des problématiques de mon livre.
Des frontières physiques ou virtuelles décident pour nous de ce que nous verrons et ce que nous vivrons. Il s’agit pour moi de déjouer les murs érigés entre la culture savante, les livres, et de nombreux jeunes pour qui la lecture et la littérature sont des objets effrayants ou au moins étrangers. Il faut que ces deux mondes se rencontrent. Il ne s’agit pas pour moi d’aller porter la bonne parole auprès d’un public peu intéressé par les romans, mais de faire de cette résidence une rencontre à double sens : j’ai à apprendre des élèves, des professeurs et des adultes qui vont m’accueillir, tout comme j’ai des choses à raconter.

Le temps de cette résidence est l’occasion d’ateliers d’écriture, de rencontres autour de mes livres et plus largement autour de la littérature. J’invite des artistes, musiciens, dessinateurs notamment Clément Fabre, dessinateur, co-auteur d’une bande dessinée sur l’architecture, Marc Molk, peintre, Dominique Rocher, réalisateur et metteur en scène (il a adapté un de mes livres au cinéma).
Un des enjeux est pour moi de montrer que la littérature n’est pas un art abstrait. Créer est tout à la fois un acte intellectuel et un abandon de l’intellectualité, c’est une chose finalement très physique. L’écriture est un des moyens qui permet de sortir de soi des connaissances qu’on ignore posséder. Je crois à une évidence de la création. Il n’y a pas besoin d’être sûr de soi, ni d’avoir fait des études. Le talent est la norme, pas l’exception. La créativité est la chose la mieux partagée au monde. Mon rôle est d’accompagner cette prise de conscience. »

Ce qui se passe au collège Jules Vernes et au lycée des Pannevelles

martin page collège


A la rentrée 2019 les élèves ont fait la rencontre de Martin Page. Les ateliers s'articulent autour du thème de la justice : chaque séance débute par un petit exercice d'écriture ludique (exemple : "Faites l'apologie d'un défaut !"). Le fil rouge des ateliers est l'écriture d'une "affaire juridique" traitée sous différents points de vue (accusation/défense/journalistes...). Pour l'instant, chaque élève travaille son texte mais l'objectif est d'aboutir à une histoire complète et collective. Ces élèves rencontreront un avocat pénaliste et un journaliste.

Un autre projet est mené entre deux classes de 4è des deux collèges Jules Verne et Marie Curie. Ils travaillent leurs personnages à partir des Misérables de Victor Hugo. Des ateliers lecture des livres de Martin Page sont mis en place. Une exposition se constitue : Humans of Pannevelle. Martin page photographie et interroge tous ceux qui sont au Lycée des Pannevelles : que veulent dire leurs histoires, comment ils sont arrivés au Lycée, quel parcours, quel rêves ? Un dessinateur de BD viendra travailler un strip avec les classes Pro à partir de janvier. Tous ces travaux seront montrés en mai 2020 lors d’une cérémonie de clôture.

Résidence initiée par la Région Ile-de-France et soutenue par le Département de Seine-et-Marne.