flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

Coup d’œil dans le rétroviseur

  • Retour
  • 21-05-2015
  • Résidences 2015

Que se passe-t-il du côté des résidences d'auteurs ?

Jacques Jouet termine en beauté par une nuit blanche chez Mallarmé

la nuit collège


Pari tenu pour cette résidence mission, financée par le département et menée en collaboration Musée et Médiathèque départementaux : 600 habitants de Vulaines ont reçu depuis janvier un poème adressé par voie postale. Les quatre auteurs, cooptés par Jacques Jouet à savoir Cécile Riou, Frédéric Forte, Benoit Casas et Jean-Paul Honoré ont tenu pendant trois mois à la cadence d’un poème écrit et envoyé par jour.

Au-delà du défi relevé, il faut dire que cette nuit du 16 mai a montré que les actions littéraires construites en amont avaient porté leur fruit. Dès 20h, des familles entières sont venues déambuler dans le jardin et à 20h45 tapantes les enfants ont fait un flash-mob mallarméen, eh oui ! Les surprises étaient au rendez-vous : toutes les 30 minutes et toute la nuit, un programme serré était concocté. Marathon lecture par les cinq auteurs qui donnaient entendre leurs poèmes adressés, chacun d’entre eux avait suivi une contrainte différente. Cécile Riou a même trouvé une façon de lire adaptée à sa contrainte de la phrase sans fin en courant sur place pour tester l’épuisement des mots et du souffle.

Bref, flash-mob, poésie-performance, temps Skype avec le Japon pour discussions improblables mallarmo-nippones, cours de bachata, soupe à l’oignon, lecture-promenade lampe de poche sur les bords de Seine à 4h du mat, poèmes accrochés sur les branches des pommiers, chant réveil du merle dans le jardin… le tout dans la même nuit ! Nous ne sommes pas certains de revivre ça. Mallarmé a sans doute des choses à en dire, en tous les cas Jacques Jouet l’a écrit le lendemain :

Le 18 mai 2015, Paris

DSC_0584


(poème adressé à tous les mallarméâtres de la nuit de Valvins du 16 au 17 mai 2015)

Il est, à 6 h, un mallarmerle
on est sortis voir le jour, il est perché,
là-haut, sur la girouette
( mallarmerle, jour, perché)
qui marque E – O. Et il parle
nargue, remercie, se moque, chante
nul doute que ce soit le p’tit ptyx
( parle, chante, ptyx)
qui s’est retourné dans son tombeau
plein de courbatures, pas fâché
(j’espère) de ce qui s’est passé
( retourné, courbatures, j’espère)
éventail, le plaid est fait de plumes.

Luc Tartar et Geneviève Huttin, dernières lignes droites avec les collégiens

Le 19 mai dernier, les collégiens du collège de Rosa Bonheur du Châtelet-en-Brie, avaient concocté un vernissage-lecture pour l’exposition Gus Bofa. Luc Tartar avait travaillé avec une eux une petite mise en espace qui permettait à ces lecteurs « revenus des tranchées » de retracer en quelques lignes et en plusieurs voix le parcours de l’illustrateur Gus Bofa. Ce fut un moment très fort d’hommage respectueux pour les soldats de 1914. Les adultes et élèves auditeurs ont été émus et ont apprécié d’aller voir les sculptures en terre, monuments aux morts, réalisées avec le plasticien Patrice Alexandre.
Le 29 mai à la Médiathèque du Châtelet, d’autres collégiens se lanceront dans la lecture à voix haute d’un inédit de Nathalie Papin et le 19 Juin, temps de clôture de résidence, s’annonce plein de surprises. 

Geneviève Huttin s’en va au Château de Fontainebleau. Dans le cadre de sa résidence, elle invite à une balade littéraire à deux voix avec David Millerou, guide privilégié, au château de Fontainebleau. Ils se proposent de lire des textes poétiques relatifs au château et aux jardins. Le rendez-vous est fixé à 11h00 dans la Cour du cheval blanc, devant le grand escalier du château le samedi 30 mai 2015. Le 12 juin, au collège cette fois, elle dira à sa façon, un au revoir aux élèves qui auront partagé avec elle ce temps de résidence.

Michel Séonnet tient son journal du Centre pénitentiaire de Réau

Michel Séonnet poursuit la tenue de son journal de résidence. Ce journal est un fil tenu et retenu qui permet de sentir les émotions qui circulent, les questionnements fondamentaux qui agitent les écrivants, quelque chose de l’atmosphère de la détention transparaît. C’est de plus un vrai moment de lecture.
Une projection-débat aura lieu avec les détenus le 27 mai prochain et un temps de clôture le 19 juin lors duquel seront lus par des comédiens les textes écrits pendant les ateliers.

Frédéric Forte fait la fête à l’Université

Lors de la fête annuelle "Lettres Vives, vive l'université" du mardi 26 mai à partir de 14h30 dans l'amphi A5 du bâtiment Rabelais, Frédéric Forte, poète en résidence, fut l'invité d'honneur de l'année. Au programme de l'après-midi :

  • remise des prix du premier concours d'écriture Lettres Vives sur le thème "orientation"
  • lecture des premiers textes écrits dans le cadre de la résidence de Frédéric Forte et dans le cadre d'autres ateliers d'écriture
  • diffusion de créations radiophoniques enregistrées par les étudiants de Licence musique et métiers du son à partir des textes écrits par les étudiants de Lettre.
  • des collégiens et des lycéens étaient invités. L'Amphi était plein à craquer et ce fut pour eux une expérience originale de découverte de l'Université. Sans aucun doute, cette rencontre littéraire, moment déterminant et plein d'humour, leur donnera une autre vision du lieu et, qui sait, l'envie d'y tenter leurs études.

Voir aussi

Sur internet

Télécharger