flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

Pauline à Paris, Benoît à la Médiathèque !

  • Retour
  • 13-06-2016
  • Matinale BD

Rencontre avec Benoît Vidal pour son roman-photo "Pauline à Paris".

Benoît Vidal était notre invité pour la matinale BD du 10 juin. Installés confortablement dans l'espace salon de la Médiathèque, cet auteur de fanzines francilien nous a fait découvrir un art narratif méconnu ou assimilé au magazine populaire "Nous Deux".

Bd ou Roman-photo ?

Benoît Vidal

Quel lien entre BD et roman-photo allez-vous dire ? Cases, planches, bulles se retrouvent dans les 2 formes de création mais la comparaison s’arrête là. En BD la part de créativité pour les auteurs est presque infinie tandis que le roman-photo est contraint par l’image, le décor, les comédiens. Le modèle économique n’est donc pas le même et seuls des amateurs éclairés s’y aventurent.

Et c’est là que Pauline à Paris entre en scène


Benoit Vidal a conçu son roman-photo comme une "invitation à s’asseoir à la terrasse de sa grand-mère" centenaire Joséphine. On se laisse bercer par cette conteuse qui mêle dans ses souvenirs la petite comme la grande Histoire.

Tout a commencé par des enregistrements et des clichés de Joséphine pour se souvenir et transmettre. De là sont nées Les histoires de Joséphine, un premier roman-photo publié à compte d’auteur et tiré à 300 exemplaires.

Plus tard la rencontre avec Grégory Jarry des Ed. Flblb a permis à Benoît Vidal de donner une autre dimension à ce premier essai. Après plusieurs années de travail : recherches iconographiques, enquêtes pour démêler le vrai du faux, adaptation écrite des récits de Joséphine, demandes de droits, etc… Pauline à Paris a vu le jour.

Benoît Vidal a été, comme sa grand-mère Joséphine avant lui, un parfait orateur qui nous a touchés. Il a su, avec sincérité et professionnalisme, nous faire partager son parcours de créateur et réveiller nos mémoires familiales.

Brève histoire du roman-photo


Ciné-roman "Anna Karénine"
 in Festival 1953

Benoît Vidal a introduit la matinée en présentant le roman-photo dans tous ses états : son évolution, ses techniques, ses contraintes éditoriales.

- 1947 : 1er roman-photo italien Amarti e dirti addio suivi de son homologue français Nous Deux.

- 1952 : Nous Deux publie une adaptation des Misérables d’après Victor Hugo

- 1963 : avec Gébé, le Professeur Choron et Wolinski  la revue Hara-Kiri s’approprie le genre et explose tous les tabous avec son humour satirique.

- Années 70 : les acteurs anonymes des romans-photos sentimentaux sont remplacés par des vedettes telles Sacha Distel, Johnny Halliday, Raymond Poulidor,

- Années 80 : le roman-photo décalé s’invite dans la revue Fluide Glacial avec Bruno Léandri. Benoît Peeters et Marie-Françoise Plissart publient Le Mauvais œil, un roman-photo expérimental.

- 1989 : Jean Teulé reçoit le prix du Meilleur album au Festival International d’Angoulême avec Gens de France et d’ailleurs ; seule récompense décernée à ce jour pour un roman-photo.

- Années 90 – 2000 : des auteurs de BD comme Emmanuel Lefebvre avec Le Photographe, Philippe Squarzoni avec Garduno, en temps de paix, travaillent la photo dans ce que l’on qualifie de roman graphique.


Voir aussi

Sur le catalogue

Sur le site

Télécharger