flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

L’Histoire en BD, des cases pour se souvenir

  • Retour
  • 12-07-2019
  • Bande dessinée

Rencontre avec l'historien Thierry Lemaire et l'auteure Anne Teuf.

Thierry Lemaire

Thierry Lemaire

Case d histoire

Cases d'histoire

De la Grande Histoire à la petite histoire, Thierry Lemaire, historien et journaliste spécialisé en BD nous a initié à la bande dessinée historique.

Rédacteur pour le  magasine en ligne Cases d’Histoire, il a présenté en introduction cette ressource incontournable pour s'immerger dans  l’Histoire via le 9e art.

BD historique ou historienne ?

Becassine


La réponse de Pascal Ory : Comment définir la bande dessinée historique ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, Thierry Lemaire nous dresse un rapide panorama de la BD :

  • 1831 L’Histoire de Mr Jabot de Rodolphe Töpffer n’est pas de la BD historique. Elle marque plutôt le début de la BD. 

Il faudra attendre la fin du 19e siècle :

  • 1896 The Yellow Kid de Richard Felton Outcault où une planche est publiée régulièrement en fin de magazine.
  • 1897 The Katzenjammers Kids ou Pim Pam Poum publié dans le supplément dominical du New York Journal. L’auteur, Rudolph Dirks, un immigré d’origine allemande, y raconte avec humour la vie quotidienne d’immigrés allemands ou irlandais qui essayent de s’intégrer dans l’Amérique.
  • 1913 La Famille Illico caricature les manières de nouveaux riches d’une famille irlandaise aux Etats-Unis.

En France Bécassine (1905) et Les Pieds Nickelés (1908) ont des planches consacrées à la Première Guerre Mondiale. Il ne s’agit pas de BD historiques mais d’actualité car elles rendent compte du quotidien de l’époque, et  permettent d’associer les personnages à l’effort de guerre.

  • 1938 Superman, un des premiers super héros créé par Jerry Siegel et Joe Shuster pour Action Comics. Là encore il s’agit plus d’une BD sur la société de l’époque que d’une BD historique.

Mais alors, à quel moment parle-t-on de BD historique ?

Alix

Alix

C’est à la Libération qu’elles apparaissent.

  • 1948 Alix de Jacques Martin, un jeune gaulois qui essaye de s’intégrer à la noblesse romaine. Jacques Martin s’est servi de la documentation disponible à l’époque pour raconter les aventures d’Alix de façon détaillée. Quelques erreurs toutefois ont été mises à jour avec les recherches archéologiques postérieures à l’écriture d' Alix.
  • 1946 Lucky Luke publié alors dans Le Journal de Spirou manque de références historiques. Il faudra attendre 1955 où Goscinny se joint à Morris pour apporter un peu plus de réalisme aux histoires de Lucky Luke.
  • 1949 Création de la Commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à l'enfance et à l'adolescence, Loi du 16 juillet 1949. Ainsi Tarzan, Mickey et bien d’autres comics sont interdits en France.
  • 1959 Pilote, nouveau magazine français créé par Uderzo, Goscinny et Charlier. La BD historique s’y développe avec Barbe Rouge pour lequel Charlier a fait un gros travail de documentation. Puis Astérix arrive dans Pilote pour utiliser des pages libres. Les aventures humoristiques de ce gaulois passent inaperçues au début. Beaucoup d’erreurs historiques : ailes sur les casques, huttes rondes,.. Mais à l’époque les recherches sur les gaulois sont inexistantes. Goscinny a fait avec ce qui existait alors.
  • 1965 Blueberry fait son entrée dans Pilote. Ces western en BD de Charlier et Giraud (alias Moëbius) allient personnages fictifs et réels. De la vraie BD historique d’aventure pour jeunes garçons.
  • 1976 Première initiative de transposition de l’histoire avec L’Histoire de France en bande dessinée, chez Larousse où Milo Manara  a débuté.

De la BD au roman graphique historique

Gen

Gen d'Hiroshima

Le terme de «roman graphique» se veut plus ambitieux, plus fouillé, plus aristocratique peut-être car il dépasse le standard de 44 ou 46 planches. Il donne à penser que ses amateurs sont différents du public de la BD classique. Ainsi de grandes œuvres ont initié ce terme :

  • Corto Maltese, d’Hugo Pratt avec La Ballade de la mer salée parue en 1967. Véritable BD historique où l’on apprend que l’Allemagne avait des colonies dans le Pacifique.
  • Le personnage Brindavoine, de Jacques Tardi dans La Fleur au fusil paru en 1972 et destiné à un public ado-adulte. Il n'est pas concerné par la loi du 16 juillet 1949.
  • Gen d’Hiroshima en 1973. Un témoignage de première main qui raconte Hiroshima de 1944 à 1951. Gen d’Hiroshima est l’un des premiers mangas traduit en français dans les années 80.
  • Aux Etats-Unis Mausfait son apparition. Art Spiegelman y représente son père, rescapé des camps de la mort. Parue en 1980 cette BD traite de la Shoah avant même qu’elle ne soit médiatisée.
  • En 2005 Will Eisner publie Le Complot : l’histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion qui retrace l'histoire de ce texte inventé de toutes pièces au début du XXe siècle pour attiser l'antisémitisme régnant en Europe et en Russie.

BD historique / BD politique

1979 marque un renouveau de la BD historique avec Les Passagers du Vent. François Bourgeon s’est documenté pour retracer l’histoire de la traite des noirs, épisode encore tabou à l’époque. Le bateau négrier est une réplique exacte du Vaisseau de 74 canons et les personnages principaux sont… des héroïnes.

Le témoignage en BD
A la première personne dans Persepolis , l’Arabe du futur ou encore La Guerre d’Alan.

La BD documentaire historique

Dans Gaza 1956 Joe Sacco a surtout une démarche de journaliste. Il choisit d’y retranscrire la parole des gens en omettant celle de l’armée.
Morts par la France de Patrice Perna est basé sur les travaux de l’historienne Armelle Mabon qui a exhumé des archives militaires.


Une nouvelle culture historique des auteurs de BD

De plus en plus de scénaristes ont une formation d’historiens. Et de plus en plus d’historiens deviennent conseillers scientifiques sur un projet de BD historique. Enfin, des historiens de métier deviennent scénaristes.

Rencontre avec Anne Teuf

Anne Teuf

Anne Teuf

Anne Teuf, de son vrai nom Anne Weinstoerffer, est illustratrice d’images documentaires pour l’édition et la presse enfantine.

En 2000, elle crée un blog consacré à l’histoire de sa grand-mère alsacienne Finnele qui a grandi avec les deux guerres mondiales.
L’éditeur Delcourt a découvert son travail à travers cette biographie et lui propose de l’éditer.

C’est avec les yeux de cette enfant qui avait 8 ans en 1914 qu’Anne Teuf nous amène dans le quotidien d’un petit coin d’Alsace tiraillé entre la France et l’Allemagne.

Anne Teuf qui a peu échangé avec sa grand-mère, s’est beaucoup documentée sur cette période. Elle retourne régulièrement sur les lieux du récit, enquête auprès des villageois. Cependant, et elle le dit elle-même, la précision historique n’atteindra jamais celle de Jacques Tardi. Ses dessins restent suffisamment flous pour ne pas s’attirer les foudres des pointilleux. Quant au réalisme historique, elle avoue « 80% d’imaginaire pour 20% de réalité ».

Anne Teuf dessine essentiellement au stylo Rotring © sur format A4. Le choix du noir et blanc est propice au blog.
Pour la parution de la Bd Finnele, elle a choisi un format à mi-chemin entre le roman graphique et le manga, dont elle est fan.
Le 3e tome de Finnele qui paraîtra en janvier 2020 se conclura en 1945.

Voir aussi

Sur le catalogue

Sur Internet