flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

Festival de Vendôme 2013

22 v'là Vendôme ! Retour sur un festival éclectique organisé par Ciclic

Bienvenue en Vendômois !

Dates à retenir

Rendez-vous à la prochaine édition, début décembre 2014 !

Où vivre de belles et singulières expériences de cinéma?
Dans les salles bien sûr, le regard porté par les faisceaux lumineux des projecteurs.
Chez soi, devant les écrans, et finalement partout, avec la mobilité.
Et parfois, aussi, le cinéma au plus près de la création, lors de festivals, lieux rêvés pour prendre le pouls de la création cinématographique, pour faire le plein de nouveautés.

Le festival de Vendôme se tient quelques jours après le mois du film documentaire.
Nouvelle aventure, en terres inconnues, dans le Vendômois pour ce festival. Le filmfest de Vendôme a plus d’un tour dans son sac pour attirer les cinéphiles de tout bord.
Pendant une semaine documentaires et fiction, courts et longs métrages, animation et prises de vues réelles vivent sous le même toit. Ils sont ici réunis dans leurs différences.

La compétition est réservée aux courts-métrages soutenus par les régions françaises. Six programmes réunissent les films en quête de reconnaissance. Ici le trophée est un « Tati », le cinéaste étant de la région Centre. Le reste de la programmation se veut riche et diversifié.
Vendôme fait la part belle à la jeunesse, d’abord par ses liens étroits avec les lycéens, ensuite avec des programmes pour petits et grands, très conviviaux, tels le ciné-miam ou le ciné-goûter. Films et programmateurs sont alors directement récompensés par les réactions des enfants, spontanées et communicatives.

Le festival est une terre d’expérience, et CICLIC, son organisateur, n’est pas à court d’idées : créations originales de ciné-concerts, installations, rencontres avec les auteurs, lecture d’un scénario de court avant sa projection,… le tout sur un air de convivialité, tantôt avec un goûter, tantôt autour d’un verre, autant de prétextes à l’échange.

Couverture du programme

Pour résumer, on peut voir à Vendôme :

Des courts-métrages : compétition, carte blanche, thématiques Des longs-métrages de fiction : en avant-première, Une cinématographie à l’honneur, cette année l’Italie

Des documentaires : en animation, des avant-première

Des séances thématiques présentées par des lycéens

Des séances jeune public

Des évènements, installations, spectacles

Des rencontres professionnelles

Et donc de quoi remplir très agréablement une semaine…

Amateurs de films refroidis par la surpopulation annecienne ou clermontoise, venez vous réchauffer à Vendôme !

Le top des films et séances

Courts-métrages

Silence radio

Vendome_salle_du_Centaure

Valéry Rosier - 2012 - 52 minutes - Documentaire3D

La Picardie. La Picardie rurale. Des gens qui ne parlent parfois presque plus qu’à eux-mêmes. Des gens oubliés, en marge de la société. Les gens du silence. Certains d’entre eux s’accrochent à la vie, aux autres. Ils écoutent Radio PUISALEINE, une radio régionale. A travers elle, ils se parlent, se tiennent compagnie, échangent, rient, chantent, se replongent dans leur passé. Portrait d’une radio qui fait reculer l’exclusion et la solitude.

Ce film sur la parole fait montre d’une grande justesse. Il dégage une grande sensibilité et rappelle, en montrant la place que prend une radio plus ou moins amateur dans la vie de ces personnes, combien la solitude est présente dans la Picardie rurale comme ailleurs.

Pour aller plus loin et voir un extrait

Retour au menu

Bandits manchots

Gianluigi Toccafondo - 2012 - 14 minutes - Animation

Deux truands minables et stupides rackettent un pauvre fermier et sa femme dans une campagne près de Rimini. Mais les fermiers, fatigués d’être toujours les victimes, décident de se venger et mettent au point un plan diabolique qui conduira les bandits en prison. Librement inspiré d’un conte, ce fil revêt une forme hybride, mêlant avec joie animation et prises de vue réelles. C’est très bien fait, tant sur la technique que la narration.

Voir un extrait

Retour au menu

Those for whom it’s always complicated

Husson - 2013 - 50 minutes - Fiction

Camille et G.J., un couple de Los Angeles, la petite trentaine, ont connu des jours plus heureux. Pour se changer les idées, Camille décide d’organiser un weekend dans la Vallée de la Mort. Mais à mi-chemin, l’ex-petite amie de G.J., Morgan, l’appelle à la rescousse. Morgan va se retrouver incluse dans le weekend, ce qui va bouleverser les plans de Camille Ce moyen-métrage est un joli voyage initiatique. La cohabitation imposée est l’occasion de comprendre ces êtres, leur vie, leurs problèmes du moment qui font sans doute écho à une jeunesse actuelle.

Voir le teaser sur viméo Retour au menu
Vedome_affiches


La grosse bête

Pierre-Luc Granjon. 2013. 6 minutes. Animation

On dit que, dans le royaume, une Bête vient vous manger au moment où on ne s’y attend pas. Alors toutes les idées sont bonnes pour ne jamais oublier, mais pourtant … Pierre-Luc Granjon est bien connu du monde de l’animation, ses films au dessin minimaliste interpellent tout le monde. La preuve avec ce nouveau film, sur la peur et ses mécanismes.

Voir un extrait sur Youtube

Retour au menu

Avant que de tout perdre

Xavier Legrand - 2012 - 30 minutes - Fiction

Alors que ses enfants font mine d’aller à l’école, Miriam s’empresse de les récupérer et les emmène sur son lieu de travail. Elle explique à son employeur qu’elle doit quitter précipitamment la région. Largement récompensé au festival de Clermont Ferrand, ce film est d’une rare intensité. Il aborde la violence conjugale sans aucune violence à l’écran, et pourtant elle est bien là, tout près. L’intensité dramatique du scénario est également très bien portée par le jeu des acteurs, sobre et efficace. Nommé aux Césars 2014.

Voir le trailer sur Youtube



Retour au menu

Never like the fisrt time

Jonas Odell - 2006 - 14 minutes - Documentaire animé - Suède

Fondé sur des interviews authentiques, ce film d’animation met en scène quatre personnages racontant chacun leur première fois. Des premières fois très différentes, parfois violentes, et racontées avec des techniques graphiques différentes, mélanges de dessins et de vues réelles. Film réalisé en 2006, mais qui ne vieillit aucunement. Voir aussi, du même réalisateur, Lies, qui sur le même principe aborde le mensonge.

Voir le film en VO sous-titré VA

Retour au menu

200 000 fantômes

Jean-Gabriel Périot - 2007 - 11 minutes - Animation doc - France

Hiroshima 1914-2006. Voilà un film tout à fait marquant, succession de photos d’Hiroshima sur plusieurs dizaines d’années. La pixilation, principe d’animation image par image, permet de retracer l’histoire de cette ville entre 1914 et 2006.
Grand prix du festival de Vendôme.

Pour aller plus loin avec « Passeurs d’images »
Entretien avec le réalisateur
Voir le film sur viméo
Retour au menu

5 mètres 80

Vue d'ensemble de la ville de Vendome


Nicolas Deveaux - 2012 - 6 minutes - Animation - France

Un troupeau de girafes se lance dans un enchaînement de plongeons acrobatiques de haut vol ! L’animation 3D a un certain nombre de détracteurs, avec ses graphismes trop parfaits et lisses. Mais elle donne aussi de très beaux films, comme cette drôle d’invitation à suivre des girafes exécuter des plongeons artistiques en piscine. Ce ballet poétique et gracieux est animé avec différents angles de caméra, le travail est remarquable.

Voir le film

Retour au menu

Longs métrages et séances spéciales

Le petit fugitif

Morris Engel, Ruth Orkin, Ray Ashley - États-Unis - 1953 - 77 minutes
Ciné-concert, musique d’Eric Chenaux

Le ciné-concert du festival, véritable expérience musico-cinématographique attire beaucoup de monde. Cette année le film mis à l’honneur est un chef d’œuvre du cinéma indépendant américain qui n’est pas sans rappeler les films de la nouvelle vague avec ses nombreuses scènes tournées en extérieur. Brooklyn, années 50. Un jeune garçon doit veiller sur son frère car sa grand-mère, malade, impose le départ de sa mère. Cet imprévu déjoue les projets de l’aîné qui voulait retrouver ses amis, sans s’encombrer du petit frère. Alors pour s’en défaire il lui joue un tour, simulant un accident de carabine. Persuadé d’avoir causé la mort de son frère, Joey s’enfuit à Coney island, plage new yorkaise dédiée aux manèges et à l’amusement. C’est un film très fort, tout en justesse et d’une étonnante modernité. A découvrir ou redécouvrir (disponible en DVD chez Carlotta films).

Eric Chenaux, guitariste, a eu la lourde tâche de composer avec ce film. Son parti pris de calquer sa musique sur les paroles du film m’a beaucoup gêné, sa musique ne m’a pas parlé. Le film était proposé en VO sous-titré français et il était tout à fait frustrant de n’entendre que vaguement les voix des personnages, systématiquement couverts par la musique. Rendre le film tout à fait muet eut peut-être été plus agréable. Eric Chenaux a complètement réenregistré la bande son du film, se réappropriant tous les sons et bruitages extérieurs, cette partie était plus convaincante.
La séance s’est achevée par un buffet à la mode « Coney island » fort sympathique !

Au sujet du ciné-concert

Retour au menu
Vue du hall

Eastern boys

Robin Campillo - France - 2013 - 128 minutes - Fiction

Ce sont des garçons venus de l’Est : des Polonais, des Russes, des Roumains… Les plus âgés ont peut-être 25 ans. Les plus jeunes, on ne sait pas. Ils traînent du côté de la Gare de l’Est. On peut penser qu’ils se prostituent. Muller, un homme discret, la soixantaine, a repéré l’un d’entre eux, Marek. Alors, un jour, il se lance et va lui parler. Le jeune homme accepte qu’ils se revoient le lendemain. Chez Muller. Et le lendemain lorsqu’on sonne à sa porte, Muller n’a aucune idée du piège dans lequel il s’apprête à tomber.

Robin Campillo avait réalisé un premier film remarqué, « Les revenants », en 2004. Il revient avec un film très différent, extrêmement fort. La lecture du film est simple, mais le découpage en chapitre permet au réalisateur de faire plusieurs films en un. La première partie s’apparente à un documentaire en gare du Nord. La seconde est une sorte de cauchemar. La troisième se focalise sur la relation intime entre deux personnages. Enfin, la dernière tourne au film policier, au thriller. Au final c’est un film très rythmé, parfois dérangeant avec ses séquences très longues, volontairement poussées jusqu’au malaise (seconde partie du film par exemple). Robin Campillo nous livre un joli moment de cinéma, avec des acteurs professionnels ou amateurs convaincants de réalisme.

Voir un extrait sur Youtube

2 automnes 3 hivers

Sébastien Betbeder - France - 2013 - 90 minutes - Fiction

A 33 ans, Arman a décidé de changer de vie. Pour commencer, il court. C’est un bon début. Amélie poursuit la sienne (de vie) et court, elle aussi. La première rencontre est un choc. La seconde sera un coup de couteau en plein cœur.

Ce film nous offre un bon moment de cinéma. Sébastien Betbeder joue avec la narration. Ici les acteurs s’adressent directement au spectateur et racontent leur histoire en de longs monologues, face caméra. Ces monologues sont ponctués de scènes in situ. Le film est organisé en chapitres, pensés tantôt comme des haikus, tantôt comme des titres pédagogiques, mystérieux ou humoristiques. Enfin S. Betbeder revendique l’importance de la culture et intercale extraits de films et photos. A l’affiche du film, Vincent Macaigne, comédien à la mode et néanmoins talentueux ! Sortie en salle le 25 décembre 2013.

Voir un extrait

Retour au menu

A ciel ouvert

Mariana Otero - France - 2013 - 110 minutes - Documentaire

A la frontière franco-belge, un établissement accueille et prend en charge des enfants psychiquement et socialement en difficulté. En accueil de jour ou en internat, les enfants sont encadrés par des adultes qui cherchent à comprendre leurs troubles et inventent, au cas par cas, des solutions pour les apaiser.

Mariana Otero plonge sa caméra dans ce lieu hors norme et entraîne le spectateur dans l’univers de la maladie mentale. Le film dure près de deux heures et se déroule en quasi huis-clos dans le centre. Ce long temps permet de saisir la grande complexité de la maladie mentale. Le film est dans son ensemble très intéressant, il nous fait découvrir un univers peu connu et souvent redouté. Le lien qu’elle a su établir avec l’équipe lui a permis de filmer la vie du centre, le cheminement des professionnels, leurs interrogations, les activités mises en place pour comprendre, écouter, aider les enfants à canaliser leurs émotions, travailler sur leurs peurs. Mariana Otero et sa caméra sont devenues complices des enfants, jusqu’à jouer un rôle « thérapeutique » pour certains ?

Site officiel de Mariana Otero
En savoir plus sur Mariana Otero

Retour au menu

Tonnerre

Salle de cinéma mobile


Guillaume Brac - France - 2013 - 100 minutes - Fiction

Un rocker trop sentimental, une jeune femme indécise, un vieux père fantasque. Dans la petite ville de Tonnerre, les joies de l’amour ne durent qu’un temps. Une disparition aussi soudaine qu’inexpliquée et voici que la passion cède place à l’obsession, à la folie.

Le premier long métrage de Guillaume Brac est aussi humble que son titre est pétaradant : Tonnerre ! Tonnerre est le nom de la petite ville dans l’Yonne où se déroule l’histoire du film. Le tonnerre gronde également dans le coeur de l’antihéros incarné par Vincent Macaigne, rockeur blessé et décoiffé, retourné vivre chez son père, et qui rencontre l’amour là où il ne l’attendait pas. En surface, dans cette ville paisible, sur le visage de Maxime, rien ne transparaît. Brac trouve la distance idéale pour parler avec grâce d’une profonde tristesse, mélangeant avec subtilité une douceur à fleur de peau et une amertume recouverte d’un lit de neige.

Bande-annonce

Retour au menu

Au fil des jours

Louis-Eugène Pintaux, Rose-Blanche Pintaux - France - 1949 - 50 minutes - Documentaire

Ciné-concert par Marie Denizot et Emmanuelle Somer

Le ciné-concert est un bon moyen de valoriser les films de patrimoine. Pour preuve cette séance avec la projection d’un film amateur qui retrace la vie d’une ferme sur un an, mis en musique pour l’occasion par Marie Denizot et Emmanuelle Somer. Le film, d’une durée initiale d’1h30 a été ramené à 50 minutes. Le réalisateur du film, tout amateur qu’il soit, avait pris le soin de découper son film pour suivre l’année, introduit des cartons, et usé de quelques trucages (accéléré, marche arrière). A l’issue de la projection, les spectateurs ont pu rencontrer la fille du filmeur, rencontre riche de souvenirs d’un mode de vie pas si lointain. Une belle expérience !



Retour au menu

L'aventure de madame Muir

Joseph L. Mankiewicz - États-Unis - 1947 - 104 minutes - Fiction
Dans le cadre de la programmation Ghost lovers

A partir de L’Étrange Affaire Angelica de Manoel de Oliveira (film du baccalauréat), et dans le cadre d’un atelier de programmation, les élèves de terminale de l’option cinéma du Lycée Rotrou (Dreux) se sont concentrés sur un motif qui hante de nombreux films de l’histoire du cinéma : « tomber amoureux d’un fantôme ».

En Angleterre, au XIXe siècle. Lucie Muir, une ravissante et jeune veuve, décide de s’installer au bord de la mer avec sa fille et sa servante dans un cottage que l’on dit hanté par le fantôme du Capitaine Gregg. Loin d’être terrorisée, elle est au contraire fascinée à l’idée d’habiter avec un fantôme.

Outre l’intérêt du film, cette séance a permis de voir la qualité du travail du partenariat entre Ciclic et les lycéens. La présentation du film était de grande qualité, de même que la brochure réalisée pour l’occasion. A noter, des lycéens ont également rédigé un journal du festival, distribué quotidiennement.

Entretien sur la programmation Ghost lovers
Bande-annonce du film

Retour au menu

Pointe noire

Ludovic Vieuille - France - 2013 - 28 minutes - Fiction
Lecture scénario

C’est l’histoire d’un père et de sa fille désireux de se rapprocher à nouveau. Aline, 37 ans, vit avec ses enfants en France. Fille de coopérants, elle a grandi en Afrique noire où sont toujours restés vivre ses parents. Elle s’apprête à accueillir pour quelques jours son père, Michel, qu’elle n’a pas revu depuis de longues années… Et c’était bien plus simple comme ça. Comment Aline pourrait-t-elle renouer une relation avec cet escogriffe de père, ours mystificateur dont les maladresses mettent à jour 14 ans de mensonges ?

Encore une approche très originale d’un film. La séance a commencé par la lecture du scénario du film par les deux principaux comédiens, Sophie Cattani et Jacques Boudet. Le film a ensuite été projeté, les images sont entrées en résonnance avec les mots. A l’issue de la projection, échange avec le réalisateur, les comédiens et la productrice. La soirée s'est déroulée dans une petite salle (Cinémobile, camion cinéma qui circule dans la région Centre), lieu propice à une séance intimiste. Pour cette toute première projection, nous avons pu profiter d’une expérience novatrice et une belle rencontre.

Bande-annonce du film

Retour au menu

Films déjà vus en festivals et parfois critiqués sur ce site !

Les lézards

Vincent Mariette - 2012 - 14 minutes - Fiction

Accompagné de son pote Bruno, Léon patiente dans ce hammam où il a donné rendez-vous à une fille croisée sur Internet. De rencontres étranges en révélations vaporeuses, nos deux héros attendent fébrilement l’hypothétique venue de la mystérieuse inconnue. Déjà vu et apprécié au festival de Clermont pour les placements de caméra et les jeux de champ/contre-champ.

Voir le film sur Medialib77 Retour au menu

Subconscious password – Jeu de l’inconscient

Chris Landreth – Canada – 2013 – 11’ – Ordinateur 3D

L’absurde mésaventure de Charles, un garçon des plus aimables, qui croise une connaissance dont le nom lui échappe et tarde à revenir.

Encore un grand moment de cinéma offert par le festival ! Chris Landreth est connu pour son film Ryan, qui rend hommage à Ryan Larkin (animateur de talent trop vite sombré dans l’alcool). Sur un tout autre sujet qu’on pourrait qualifier de tempête sous un crâne, il nous entraîne une nouvelle fois dans son univers et son graphisme à nul autre pareil, univers qu’il qualifie de « psychoréalisme ». Ici le cerveau de son personnage convoque des personnalités dans un jeu TV pour retrouver le prénom de la personne en face de lui. Très créatif !

Trailer

Retour au menu

Betty's blues

Rémi Vandenitte - 2013 - 11 minutes - Animation

Un jeune guitariste tente sa chance dans un vieux bar de blues de Louisiane. Il évoque la légende de Blind Boogie Jones, dans la Nouvelle Orléans des années 1920, une histoire d’amour et de vengeance…

Déjà vu et apprécié à Annecy pour sa force évocatrice et sa musique.

Voir la critique retour d'Annecy 2013

Voir le teaser sur vimeo


Retour au menu

Mademoiselle Kiki et les Montparnos

Amélie Harrault - 2012 - 14 minutes - Animation doc

Kiki de Montparnasse était la muse infatigable des grands peintres avant-gardistes du début du XXe siècle. Témoin incontestable d’un Montparnasse flamboyant, elle s’émancipera de son statut de simple modèle et deviendra reine de la nuit, peintre, dessinatrice de presse, écrivain et chanteuse de cabaret. Déjà vu et apprécié à Annecy pour ses qualités graphiques et son foisonnement culturel. Récompensé aux Césars 2014.

Voir la critique au retour d'Annecy 2013

Voir un extrait

Retour au menu

A la française

Julien Hazebrouck. 2012. 7 minutes. Animation. France

Esprit vif et bonnes manières règnent à Versailles. Déjà vu et apprécié en festival pour cette façon très décalée de présenter la cour de Versailles.

Voir un extrait sur vimeo


Retour au menu

Voir aussi


Sur Internet