flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

Une projection-débat au collège Jacques Prévert de Rebais

  • Retour
  • 04-01-2011
  • A Tout Doc collège

Projection-débat vendredi 07 janvier à 20h au collège de Rebais.

Le projet


ma vie est mon video

Les élèves de troisième du collège Jacques Prévert (Rebais) vous invitent à la projection du film « Ma vie est mon vidéo-clip préféré » de Lee Show-Chun.

La projection sera suivie par un débat animé par les collégiens en présence de la réalisatrice.

Cette séance est l’aboutissement d’un cycle A tout doc, pendant lequel les élèves ont travaillé sur ce film. Animées par Marc Gourden, documentariste, les séances ont permis aux élèves de découvrir le cinéma documentaire et de s'interroger sur les intentions du réalisateur, le sens et l'esthétique des images.

Le cycle est mené en partenariat par la Médiathèque départementale et l'association de documentaristes Addoc. Ce projet a vu le jour dans la classe de madame Gayte, professeur de français et madame Kles, documentaliste.

Ma vie est mon vidéo-clip préféré

Synopsis

"Je m’appelle Ren Liping, je suis née à Zhejiang, en Chine. Je suis arrivée en France en 1999. J’avais dix-sept ans. C’est le rêve de beaucoup de Chinois, on pense que la vie en France sera meilleure. C’est pour cela que je suis ici. Mes parents ont fait appel à un passeur. Le voyage a duré plusieurs mois. Le plus dur, ça a été entre la Yougoslavie et l’Italie parce qu’il fallait marcher à quatre pattes dans la montagne, comme les animaux, pour échapper aux infrarouges de la douane. Mais nous avons fini par arriver en France ; dans mon eldorado"...

La vie d’une jeune Chinoise sans-papiers qui vit et travaille à Paris, comme beaucoup de clandestins, dans la fabrication du prêt-à-porter.

Les vêtements que les Chinois clandestins confectionnent aujourd’hui seront vendus entre 50 et 100 euros dans les grands magasins français, plus de 200 dans les pays asiatiques, où la mode féminine française est réputée comme la meilleure du monde. En réalité, le coût des chemises et des pantalons réalisés par les travailleurs sans-papiers en France n’atteint que quelques euros. En moyenne, une pièce de pantalon leur est payée 2 euros, et un " haut " entre 50 centimes et 1 euro."

Voir aussi

Sur Internet

Présentation du film
Réseau éducation sans frontières