imprimer (nouvelle fenêtre)

Philippe Randa

Roman, dictionnaires historiques, documents, essai.

Philippe Randa
© Olivier Pasquiers

La vie

Philippe Randa est né le 23 décembre 1960 à Montargis (Loiret), mais a vécu toute son enfance et son adolescence dans les Deux-Sèvres, puis il a été parisien avant de s’installer à Coulommiers (Seine-et-Marne) en 2000.

À la mort de son père, sujet belge, un des grands écrivains de littérature populaire, son enfance baignée de "crimes", de "fantastique" et de "merveilleux" le mène tout naturellement à reprendre le flambeau. Romancier, écrivain, journaliste, il est également l’auteur de nombreux ouvrages historiques.

À 19 ans, il publie son premier roman de science-fiction. Il est ainsi, après son père, un des piliers des éditions Fleuve noir, puis il publie aux Presses de la Cité, Vaugirard et Gérard de Villiers. Outre ses romans policiers régionaux, il fait paraître des romans historiques et politiques. Délaissant le style intimiste, il privilégie les scènes d’action et un suspense qui ne laisse pas le temps au lecteur de reprendre son souffle. Il est l’auteur de documents contemporains sur la littérature, la police, les homosexuels, la politique, la Seconde Guerre mondiale, les grands criminels, les régions et ex-comptoirs français.

Il publie une chronique hebdomadaire sur son site www.philipperanda.com , reprise sur de nombreux sites Internet.

Il a été directeur littéraire chez plusieurs éditeurs avant de fonder ses propres éditions.

Extrait

Il y eut une époque, dans les années 70 [du siècle dernier], où les jeunes qui faisaient la manche abordaient les passants par la question : "Est-ce que vous avez quelque chose contre les jeunes, Monsieur ?" À quoi mon sexagénaire de père leur répondait, le plus sérieusement du monde : "Oui, depuis au moins 40 ans !" .

Le conflit des générations est un thème passionnant. La preuve, toutes les civilisations abordent le problème — sans doute même chez les Talibans, mais je n’ai pas été y voir – et l’on n’a sans doute rien appris sur la question depuis qu’Antigone, déjà, trouvait à dire et à redire à la question.

Malgré tout, les gens de plus de 30 ans continueront à se poser l’éternelle question : "Que pensent les jeunes ?", comme si la suite de leur existence devait dépendre de la réponse.

Les plus de 40 ans, eux, continueront pour leur part à s’inquiéter du fossé qui ne va qu’en grandissant entre ce qu’ils pensent et ce que pensent les jeunes. "On ne les comprend plus !", se lamentent-ils, et ce, au moins jusqu’à ce qu’ils atteignent les 50 ans où leur interrogation à leur encontre devient alors généralement : "Leur avons-nous apporté tout ce que nous pouvions, tout ce que nous devions ?". À 60 ans, le problème n’est plus les "jeunes", ni même leurs propres enfants, mais leurs petits-enfants qui captent une grande partie de leur attention et de leur économie.

Le meilleur âge est alors 70 ans, quand, contraint et forcé, atteignant une certaine sagesse, ils ont enfin la réponse à leur angoisse métaphysique : "Finalement, on s’en fout de ce qu’ils pensent !".

Le Bien va mal , Dualpha, 2003.

En quelques livres (autres que romans)

Aux éditions Dualpha :
  • La Maffia rose , préface de Pierre Gripari, 1999, 3e édition
  • Des livres politiquement incorrects , préface de Jean Jour, 2005, 2e édition Chroniques barbares
tome 1 : Chroniques barbares 1993-2001, 2002
tome 2 : Le Bien va mal , préface de Christian Bouchet, 2003
tome 3 : Nous, les Insurgents !, 2004
tome 4 : Présumé coupable politique , préface de Serge de Beketch, 2007
tome 5 : La France d’en haut les urnes , préface de Jean Robin, 2008
tome 6 : Sans vergogne politique , préface de Philippe Pichon, 2009
  • Une Française dans la tourmente , Berlin 1944-1945, 2003, 2e édition.
  • Un Instituteur au bagne (L’Affaire Lesnier, Gironde 1847-1853), 2005.
  • Ils ont fait la guerre (Les "écrivains-guerriers") , préface de Jean Mabire, 2005, 2e éd.
  • Weidmann , la dérive d’un tueur, 2008, 3e édition.
  • Légendes païennes du Poitou , préface de Bruno Favrit, 2009, 2e éd.
  • Patton, général audace , préface de Jacques Borde, 2009, 4e édition (en collaboration).
  • Les “Antisémites” de gauche , avec Roland Gaucher, 2001, 2e édition.
  • Vers la société multiraciste , avec Jean-Jacques Matringhem, 2003.
  • D’un uniforme à l’autre , avec Jean-Claude Giraud, préface de Jean-Pierre Rondeau, 2003.
  • Les dernières années de l’Inde française , avec Michel Gaudart de Soulages, préface de Douglas Gressieux, 2005.
  • Stoï !, avec Pierre Rusco, Dualpha (2006), 3e édition.
  • Dictionnaire commenté de livres politiquement incorrects , avec Francis Bergeron, préface de Jean Bourdier, Dualpha, 2006.
  • Des Rescapés de l’Épuration : Marcel Déat-Georges Albertini , avec Roland Gaucher, 2007, 2e édition.
  • Mesrine l’indompté , avec Jean-Émile Néaumet, 2008, 4e édition Dictionnaire historique et commenté de la police, avec Jean-Claude Giraud, 2009.

Chez d’autres éditeurs :

  • Dossier complet sur la police , Editions Jacques Grancher, 1988.
  • Dictionnaire commenté de la Collaboration française , Editions Jean Picollec, 1997.
  • B.A.-BA Homosexualité , Editions Pardès, 2004 (en collaboration).
  • Les Maîtres de l’Étrange , collectif, Editons Atlas, 1984, traduit en italien.
  • Rencontres avec Saint-Loup , collectif, Les Amis de Saint-Loup, 1991.
  • Crimes en Picardie , avec Jacques Béal, Martelle Editeur (Amiens), 1993.
  • Hommes et traditions en Poitou-Charentes et Vendée , collectif, Martelle Editeur (Amiens), préface de Jean-Pierre Raffarin, 1993.
  • Dossier H Pierre Gripari , collectif, Editions L’Âge d’Homme, 2001.

Propositions d'interventions

Conférences sur les métiers d'écrivain professionnel ou d'éditeur.

COORDONNées

BP 58
77522 Coulommiers

contact@philipperanda.com