imprimer (nouvelle fenêtre)

Marie-Paule Monchaux

Petites proses, poésie, parolière.

La vie

Enseignante de formation, a toujours été fascinée par l’écriture. Ne pouvant choisir entre le stylo et le pinceau, a opté pour les deux qu’elle pratique en parallèle.

Extrait

Il est parfois difficile d’imaginer que, par-delà les nuages bas et gris, la pluie et le froid, s’étend un beau ciel bleu, si bleu, si éclatant. Pour les mots dépressifs, c’est la même chose : ils sont prisonniers de leur tristesse, de leur fatigue. Ils se heurtent à la grisaille de leur moi et n’ont plus la conscience d’une autre vie, si bleue, si éclatante… Les mots dépressifs n’ont ni passé, ni présent, ni avenir. Mais ils ont parfois une obsession : passer la porte pour se libérer de ce mal qui les ronge, les submerge, les anéantit. Cela peut durer des mois, des années avant qu’un carré de ciel bleu ne vienne redonner vie et couleur aux déprimés. Ils réapprendront alors à construire, à partager, à faire des projets. Mais ils restent fragiles. Ils gardent en eux un petit nuage gris qui ne demande qu’à se développer dès que le climat mental est à la pluie.

Les mots dépressifs, dans L’esprit de mots, Éditions Arléa 2003.

En quelques livres


  • L’esprit des mots, Éditions Arléa, 2003. Recueil de textes.
  • Cyprès rouges, Autoédition, 2008. poésie.

Propositions d'interventions

Atelier d’écriture pour enfants, adolescents, adultes.

Voir aussi

Sur Internet