imprimer (nouvelle fenêtre)

Le handicap mental au musée des Pays de Seine-et-Marne

Par Sylvie Bergougnoux, médiatrice culturelle et référent handicap, Musée départemental des Pays de Seine-et-Marne

Les musées départementaux labellisés pour recevoir les personnes handicapées

Une politique culturelle départementale en faveur du handicap

Dans chaque musée de Seine-et-Marne, un médiateur culturel est référent handicap. Spécialisé dans un handicap, il a mission de porter la question de l’accessibilité au sein de l’établissement et de participer au groupe de travail inter-musée.

Ce réseau de référents permet notamment de mutualiser les réflexions, échanger les expériences car tout ce qui est fait pour une famille de handicap apporte pour les autres. Dans le cadre du projet de service, toutes les équipes ont été sensibilisées, du conservateur à l’agent technique

Le handicap mental au musée des Pays de Seine-et-Marne

musée

C’est le handicap mental qui a été choisi pour cet établissement, situé à Saint Cyr sur Morin, notamment en raison de la présence de ce public avant la définition du projet de service. De plus, les collections de ce musée de société s’avèrent particulièrement adaptées aux personnes présentant un handicap mental. 

Celles-ci ont du mal à être dans l’abstrait ; le lien avec le quotidien est cœur de leurs préoccupations. Les collections liées au savoir-faire sont donc des supports pertinents pour échanger avec ce public. En prenant appui sur des situations familières, des sujets sensibles tels que le mariage et l'amour peuvent être évoqués.


HISTOIRE

Il est essentiel de passer par le ludique et pas seulement par le discours pour soulager l’attention. L’utilisation de l’image et d’histoires est importante pour les personnes sourdes mais aussi handicapées mentales car en racontant des histoires, on fait vivre des sensations (oiseau qui passe au dessus de la tête, bruits...).

La personne handicapée mentale n’a pas une attention soutenue. Toutefois elle n’est pas dans une écoute passive ; elle prend les informations par bribes. Il est important de rebondir sur des actions, des réactions spontanées.

Des exemples d’animations autour des collections

memo

  • Un jeu de memo autour des éléments de passementerie qui permet d’aborder les questions de vocabulaire
  • la reconnaissance des odeurs : le recours aux sens permet de changer de support et relancer l’attention
  • la danse : pour la danse du fromage, un danseur professionnel présente les savoir-faire
  • une malle avec les objets personnels de Pierre Mac Orlan pour entrer dans l’univers de l’auteur
  • des jeux autour d’un texte : découpage des mots, collage, illustration sont des façons de réécrire le texte, de se l’approprier en mettant de côté l’angoisse face à l’écrit.

Comment faire venir les personnes handicapées en individuel ?

Il faut tout d’abord sensibiliser les directeurs et les accompagnateurs pour faire venir les groupes. Et laisser la place aux accompagnateurs car ils sont des relais essentiels, connaissent les comportements, savent agir si besoin. Puis il faut créer des occasions qui donnent envie aux personnes de revenir seules. Les événements gratuits permettent aux publics de découvrir le lieu et suscitent l’envie revenir.

Voir aussi

Sur ce site

Sur Internet