flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

Vers la lecture plaisir

  • Retour
  • 02-07-2019
  • Premières pages 2019

Comment mener des séances avec les assistantes maternelles et les enfants de 0 à 3 ans.

Renforcer les partenariats

C’est la deuxième année que la Médiathèque départementale propose des séances de sensibilisation à la lecture dès la naissance à des assistantes maternelles.

Cette action s’est faite dans le cadre de la labellisation Premières Pages du Département, en partenariat avec l’association ACCES* et le Relais Assistants maternels (RAM) de la Communauté de communes du Pays de Nemours. Cette intercommunalité a été ciblée pour bénéficier de formations offertes par la Médiathèque départementale, faisant suite à un premier partenariat avec la ville de Nemours ayant permis d’approcher le RAM.

*ACCES : Association reconnue d'intérêt général, créé en 1982, A.C.C.E.S. est un acronyme signifiant Actions Culturelles Contre les Exclusions et les Ségrégations. Ses actions s'adressent principalement aux professionnels du livre et personnels petite enfance, aux travailleurs sociaux qui souhaitent introduire le livre et la lecture dans l'accompagnement du développement du tout-petit.

Le dispositif

6 séances, à un mois d’intervalle, ont été suivies par les assistantes maternelles et les tout-petits qu’elles avaient en garde, de novembre 2018 à mai 2019.

Trois objectifs à cette action : 

  • permettre aux assistantes maternelles de s’entraîner à la lecture,
  • faire découvrir une base d’albums pour la jeunesse de qualité (des classiques et des nouveautés) et ainsi aiguiser l’œil des professionnels de la petite enfance et leur permettre de partager un socle commun de connaissance,
  • renforcer les partenariats locaux

Se rencontrer

A la première séance, 5 assistantes maternelles et une maman, accompagnées de 11 enfants se sont présentées à la salle de motricité de Buthiers. L’idée était de s’adapter au territoire et donc d’intervenir dans le cadre des ateliers du RAM itinérant, les mardis de 9h à 11h. Un représentant du RAM, un représentant de la Médiathèque départementale et Nathalie Peine, lectrice / formatrice pour ACCES ont accompagné chaque séance, prêtant leurs voix aux lectures, ainsi qu’une bénévole de la bibliothèque de Buthiers (dont le rôle est allé croissant dans ce projet, comme nous le verrons).

Selon la méthode d’ACCES, des tapis et des livres (sélectionnés par Nathalie Peine) étaient installés aux quatre coins de la salle, avec la possibilité pour les enfants de s’adonner à des jeux et de gambader quand bon leur semblait.

Collection Pirouette

Le lieu étant habituellement destiné au « défoulement » et les enfants connaissant mal les adultes extérieurs, le mouvement instinctif vers le livre a été difficile lors de la première séance, et les replis vers les assistantes maternelles fréquents. Finalement, c’est par le chant, les comptines, que l’adhésion est venue, notamment par le biais de la collection Pirouette aux éditions Didier jeunesse.

Les premières séances nous ont aussi permis de remarquer le besoin de partage des assistantes maternelles, heureuses de se retrouver autour d’un café, isolées par les kilomètres les séparant les unes des autres.

Entre adultes aussi, il a fallu tout un cheminement pour que la confiance arrive, que les langues se délient au moment du « débriefing » de fin de séance, où chacun livrait à chaud son ressenti, ses observations sur la séance écoulée.

L’importance du lieu

A partir de la cinquième séance, nous avons pris possession de la bibliothèque de Buthiers. Grâce à l’extrême gentillesse de la bibliothécaire, et les liens se tissant au fil des rencontres, il a été possible de transférer les livres d’un lieu à un autre, le RAM a transporté quelques jeux permettant toujours ce va-et-vient libre entre le jeu et la lecture. Le café a suivi aussi !

La plupart des enfants ainsi que les assistantes maternelles connaissaient déjà la bibliothèque et assimilaient immédiatement ce lieu à la lecture et à une attitude calme. D’instinct, les cavalcades se sont raréfiées, les mains se sont saisies de livres. Évidemment, au bout de cinq mois, les enfants connaissaient parfaitement les livres, puisque c’étaient toujours les mêmes d’une séance à l’autre, ils avaient grandi, tous ces facteurs sont à prendre en compte dans l’évolution de leur rapport au livre, mais force est de constater que l’identification qui est faite de l’utilisation d’un lieu influe aussi énormément sur les comportements.

Des lecteurs en pleine évolution

Venons-en justement aux observations faites durant ces six mois. Nous avions des enfants dont les âges allaient de 7 mois à 2,5 ans au moment du début de l’expérimentation. A la sixième séance, certains avaient donc atteint l’âge de l’école maternelle et ne tarderaient donc pas à quitter le cocon tissé par leur « nounou ».

Quel séisme entre ces deux temps ! Plus question d’errer de jeu en jeu, sans un regard pour les livres et les lectrices. Le livre est entré dans l’univers des petits. D’abord, l’objet livre qu’on pétrit, qu’on mord, qu’on tend ou au contraire qu’on enlève des mains de l’adulte pour lui signifier que ce n’est pas le livre désiré, qu’on met en pile sur la table, qu’on promène d’une salle à l’autre, qu’on déplie pour en faire une cabane. .

Les enfants ont aussi appris les spécificités du contenu du livre : lorsqu’on ouvre un livre, une histoire se déroule, des images se suivent pour raconter quelque chose (des images dont l’esthétisme varie d’un livre à l’autre), l’adulte offre son visage comme reflet des émotions traversées par les personnages, leur prête sa voix, créant une relation forte entre le lecteur et l’enfant, échange total que seul le livre permet.

Il n’est d’ailleurs pas rare, à l’issue de cette action, qu’ un enfant à qui on a lu un livre le reprenne et tourne les pages lui-même pour se l’approprier et devenir entièrement acteur de sa lecture. Des caractères s’affirment par le biais du livre : celui qui veut toujours le même livre, toujours la même lectrice, celui qui choisit sa lectrice en fonction du livre qu’il a choisi, celui qui, ostensiblement, fait comprendre par des œillades que, non, malgré tous les sourires du mondes, il ne te choisira pas comme lectrice parce que c’est lui qui a le pouvoir de décision.

Lire encore

Lorsque l’on met en place ce type d’action, on espère qu’elle se pérennisera. Grâce au soutien politique (Helen Henderson, vice-présidente chargée de la petite enfance sur l’intercommunalité du Pays de Nemours a suivi de près cette action avec bienveillance), à la mobilisation des professionnels de la petite enfance (RAM itinérant et assistantes maternelles), au sens de l’accueil de la bibliothécaire de Buthiers, les séances vont se poursuivre l’année prochaine, un mardi matin/mois, à la bibliothèque, dans le cadre des ateliers du RAM.

Souhaitons longue vie à cette belle initiative.

Voir aussi

Sur ce site

Sur Internet