flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

Valise à remonter le temps

Retrouvez des albums indémodables des années 1920 aux années 1970 !

Remonter le temps, bref historique de l’album pour la jeunesse.

Sans enfance, nulle chance de voir apparaître une littérature pour enfants !

Macao et Cosmage ou l experience du bonheur

Pendant longtemps, on n’a pas distingué le temps de l’enfance des autres temps de la vie. L’enfant, quand il survivait à des conditions sanitaires et médicales déplorables, devait s’adapter immédiatement à la vie d’adulte et travailler. Toute autre occupation était considérée comme une perte de temps, une oisiveté honteuse.
Au cours du XXe siècle, les progrès sociologiques, politiques et la naissance des sciences cognitives (philosophie, psychologie du développement, etc.) vont permettre l’émergence d’une littérature enfantine, de pair avec la reconnaissance de l’enfant en tant qu’être pensant et sensible.

L’enfance est désormais une phase importante de la vie humaine, assez riche et profonde pour avoir droit à son genre littéraire. L’enfant lui-même est devenu à part entière un personnage de fiction.

Mais il faut se souvenir que les livres pour enfants furent d’abord scolaires et, la loi de séparation des Eglises et de l’Etat datant de 1905, on comprend mieux pourquoi elle devra longtemps subir le poids de fonctions morales et pédagogiques.

Plus prosaïquement, le développement des technologies de l’imprimerie va faciliter la reproduction d’images, la mise en couleur et la diffusion des livres à travers le monde.

Par la suite, l’essor de l’ouvrage de distraction pour la jeunesse va être le fruit de plusieurs facteurs concomitants :

  • apparition de maisons d’édition destinées à la jeunesse
  • création de sections jeunesse dans les bibliothèques
  • renouvellement de l’invention graphique et typographique.

La valise à remonter le temps, des albums issus du patrimoine à découvrir.

mon chat

Cette sélection vous propose de découvrir ou de redécouvrir des ouvrages de jeunesse internationaux remarquables des années 20 à 70 : albums, contes et jeux, remis au goût du jour avec de nouvelles maquettes, ou réédités en fac-similés par des éditeurs soucieux de préserver le patrimoine de la littérature de jeunesse.

Pourquoi nous être concentrés sur les années 1920 à 1970 ?

C’est à cette période que l’album pour la jeunesse prend sa place dans l’édition et que naissent de grands chefs d’œuvres de ce nouveau genre.

Quelques dates :

  • 1919 : parution du premier album, Macao et Cosmage ou l’Expérience du bonheur de Edy Legrand. C’est la première fois qu’on donne la part belle à l’image avec des illustrations pleine-page.
  • 1931 : lancement des albums du Père Castor chez Flammarion, dont le fondateur Paul Faucher souhaitait "donner à chaque enfant l'envie de grandir et d'entreprendre dans l'enthousiasme grâce à la poésie du réel et au merveilleux de la nature".
  • 1939 : édition de Babar, le petit éléphant, de Jean de Brunhoff, chez Hachette.
  • 1963 : création de La Joie par les livres, association où se regroupent les bibliothécaires qui militent en faveur de la littérature de jeunesse.
  • 1964 : parution de Max et les Maximonstres de Maurice Sendak qui sera édité en France par Robert Delpire en 1967.
  • 1965 : naissance de l’école des Loisirs qui fera connaître en France Tomi Ungerer, auteur des Trois Brigands.
    • 1967 : François Ruy-Vidal et Harlin Quist s’associent pour lancer une collection d’albums jeunesse audacieuse. Ils convient dans l’aventure des illustrateurs désormais renommés : Etienne Delessert, Nicole Claveloux.
  • 1972 : création de Gallimard jeunesse par Pierre Marchand, initiateur de collections jeunesse documentaires.
  • 1976 : Christian Bruel créé les éditions du Sourire qui mord où il explore des thèmes ambigus et où l’image s’impose comme partie prenante de la narration.

Et ce ne sont que quelques repères dans un enchevêtrement d’évènements qui donnèrent et donnent encore ses lettres de noblesse à l’album.

« Il n’y a pas d’art pour l'enfant, il y a l’Art. Il n’y a pas de graphisme pour enfants, il y a le graphisme. Il n'y a pas de couleurs pour enfants, il y a les couleurs. Il n'y a pas de littérature pour enfant, il y a la littérature. En partant de ces quatre principes, on peut dire qu' un livre pour enfants est un bon livre quand il est un bon livre pour tout le monde. »

François Ruy-Vidal

Bibliographie pour tout savoir sur l’histoire de la littérature enfantine
  • Babar, Harry Potter et Cie : livres d'enfants d'hier et d'aujourd'hui. Bibliothèque nationale de France, 2008
  • Des livres d'enfants à la littérature de jeunesse / Christian Poslaniec. Gallimard : Bibliothèque nationale de France, 2008
  • Histoire des livres pour les enfants / Diament Nic. Bayard jeunesse, 2008
  • Les Petits Français illustrés, 1860-1940 : l'illustration pour enfants en France de 1860 à 1940 / Claude-Anne Parmegiani. Ed. Cercle de la Librairie, 1989
  • L’enfant et la famille sous l’Ancien Régime / Philippe Ariès , Seuil 1975

Aujourd’hui, conscients de la qualité des albums parus durant ces années-là, certains éditeurs offrent une seconde jeunesse à ces livres, parfois dans des collections dédiées à cette époque :

La collection Cligne Cligne chez Didier jeunesse, la collection Aux couleurs du temps chez Circonflexe, la collection Caldecott au Genévrier, les éditions du Père Castor, Delpire, MéMo, les Grandes personnes, l’association Les 3 Ourses…

Plongez vite dans cette inépuisable malle aux trésors, vous ne le regretterez pas ! .

Voir aussi

Sur ce site

Sur le catalogue

Sur Internet