flux rss imprimer (nouvelle fenêtre)

Premiers romans remarquables

  • Retour
  • 12-02-2018
  • Littérature

Petits éditeurs indépendants et grandes maisons ont ouvert largement leurs portes aux premiers romans pour la rentrée littéraire 2017. Les spécialistes Sophie Quetteville et Julien Delorme nous ont livré leurs coups de cœur.

Qu'est-ce qu'un premier roman ?

C’est une œuvre éditée pour la première fois pour le public français. Cela peut être la découverte d’un nouvel auteur ou la traduction d’un auteur étranger, qui a déjà une carrière dans son pays.

Qui sont les primos romanciers en 2017 ?

Ils sont souvent issus de théâtre (Gaël Octavia ) ou du journalisme (Sébastien Spitzer), certains comme David Lopez sortent de master de création littéraire (Le Havre, Paris Saint Denis).

5 bonnes raisons de publier des premiers romans ?

  1. Le public et les médias sont très curieux de ces découvertes.
  2. A la rentrée littéraire, un livre parmi les 50 nouveaux premiers romans reçoit plus d’audience que parmi les 750 sorties.
  3. Cela donne une image positive, courageuse de l’éditeur, qui déniche de nouveaux talents, prend des risques pour ses auteurs.
  4. La lecture peut se centrer sur le texte et sa qualité et non sur la renommée de l’auteur.
  5. Pour certains éditeurs, il s’agit d’une stratégie d’occupation de l’espace médiatique et physique des librairies, quitte à publier des livres qui ne se vendront pas. 

De nouveaux auteurs français à découvrir

Marie Richeux

Climats de France


Climats de France, publié aux éditions Sabine Wespieser.

Marie Richeux se lance dans le roman et écrit l’un des plus beaux textes de cette rentrée. Ce roman se passe entre Meudon-la-Forêt et Alger, deux cités reliées par un même architecte Fernand Pouillon. Dans chaque chapitre un personnage évoque ces liens entre la France et l’Algérie.

Retour au menu

Virginie Caillé-Bastide

le sans dieu


Le Sans Dieu, publié chez Héloïse d’Ormesson.

Voici un roman historique qui est un vrai roman de piraterie situé au début du 18ème siècle en Bretagne. En l’an de grâce 1707 la région subit une grave famine. Un roman assez surprenant où l’invention et la création des personnages secondaires est très abouti. Ce texte offre de plus une intéressante discussion théologique. 

Retour au menu

Jean-Baptiste Andréa

ma reine


Ma reine, publié aux éditions l’Iconoclaste.

Shell est un enfant différent, quelque peu attardé qui pour éviter un placement fait une fugue. Il prend le maquis en Provence et rencontre Viviane, sa fée ! C’est un livre écrit sans mièvrerie sur la cruauté de l’enfance. Une belle fable, un texte surprenant et délicat qui a remporté le prix du Premier roman 2017.

Retour au menu

Marie Berne

le grd amour de la pieuvre


Le grand amour de la pieuvre, publié aux éditions de l’Arbre vengeur.

Voici le premier roman le plus original de cette rentrée. Le héros principal est une pieuvre qui dit « je » ! Et cette pieuvre éprouve un amour inconditionnel pour un homme, le cinéaste Jean Painlevé, le premier documentariste animalier, précurseur du Commandant Cousteau. C’est un texte poétique à la limite du fantastique, un roman sur le souvenir et la restitution de la vie d’un homme remarquable.

Retour au menu

Guillaume Poix

les fils conducteurs


Les fils conducteurs, publié chez Verticales.

C’est l’histoire d’un photographe franco-suisse qui bénéficie d’une bourse de la multinationale Total pour se rendre à Accra, la capitale du Ghana. Il y découvre une décharge de produits électriques et électroniques et tout un monde qui gravite autour… Un texte lyrique et en même temps extrêmement documenté, une écriture à suivre.

Retour au menu

Gaël Octavia

la fin de mame baby


La fin de Mame Baby, publié chez Gallimard.

Gaël Octavia vient du théâtre. Il a écrit trois pièces depuis 2009. Ce roman parle d’une ville de banlieue parisienne et de destins de femmes dont Aline, Mauricette mais surtout Mame Baby, morte à 25 ans, qui a eu une destinée exemplaire. Un beau roman social.

Retour au menu

Sébastien Spitzer 

ces reves qu on pietine


Ces rêves qu'on piétine, publié aux éditions de l’Observatoire.

Sébastien Spitzer est journaliste, grand reporter à Jeune Afrique. Son premier roman est consacré à Magda Goebbels la femme de Joseph Goebbels, ministre de la propagande du régime nazi. Un livre fort sur la notion de mémoire, de survie et de sacrifice, l’un des plus aboutis de cette rentrée.

Retour au menu

James Noël

belle merveille


Belle Merveille, publié chez Zulma.

James Noël est un poète francophone majeur d’origine haïtienne publié notamment chez Bruno Doucey. Ce premier roman est en fait une prose poétique tout en musicalité et inventivité qui raconte l’histoire d’un survivant du tremblement de terre de 2010 en Haïti. A travers ce texte l’auteur porte un regard lucide et amusé sur son pays en proie à l’aide internationale.

Retour au menu

Victor Pouchet, Olivier El Khoury, David Lopez

Pourquoi les oiseaux

Publié chez Finitude

Ces trois romanciers ont développé un même thème commun, le désœuvrement des jeunes adultes aujourd’hui. Ces textes mettent en scène des personnages âgés d’une vingtaine d’années et issus de la classe moyenne de province.

  • Pourquoi les oiseaux meurent,  de Victor Pouchet , est un roman curieux et assez drôle. On suit avec intérêt l’itinéraire atypique d’un sympathique looser ! 

Retour au menu


Editions Notabilia

Editions du Seuil

  • Surface de réparation  d' Olivier El Khoury, évoque avec beaucoup d’humanité et d’humour la vie d’un jeune belge un peu paumé qui a hérité de son père une passion dévorante pour le football.

    • David Lopez avec Fief propose une écriture et une narration tout à fait convaincante. Il fait avec brio le portrait d’une bande d’amis d’aujourd’hui confrontée à l’ennui. Ce texte tente de répondre à cette question : Comment se construit-on à l’époque contemporaine ?

Des traductions d’auteurs étrangers

Ce qu’on entend quand on écoute chanter les rivières

ce qu on entend quand


de Barney Norris, traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) et publié aux éditions du Seuil

Le coup de cœur de Julien Delorme. Ce sont cinq regards sur la ville de Salisbury, cinq personnages, cinq destins ordinaires comme les cinq rivières qui s’y croisent … C’est une littérature du quotidien à peine mise en scène, chaque mot est juste. Un vrai grand roman sur la solitude, un texte qui interroge sur le sens de la vie sans tomber dans le nihilisme.

Retour au menu

Les sables de l’Armagosa

les sable de l armagosa


de Claire Watkins, traduit de l’anglais (Etats-Unis) et publié chez Albin Michel

Dans la veine de Station Eleven d’Emily St John Mandel cette dystopie à l’ambiance post apocalyptique est située dans le sud-ouest des Etats-Unis. Ce livre développe un discours écologique, une dénonciation de ce que nous faisons subir à la nature et aussi une mise en garde contre les faux prophètes.

Retour au menu

Avenue Yakubu, des années plus tard

Avenue Yakubu des Annees Plus Tard


d’ Ile Jowhor, traduit de l’anglais (Nigéria) et publié chez C. Bourgois Cette saga familiale se passe au Nigéria, précisément à Port-Harcourt dans les années 1990 où sévit un régime dictatorial. C’est un texte remarquable, très humain, très pudique. Une réflexion entre tradition et modernité.

Retour au menu

Camarade Lune

Camarade lune


de Barbara Balzerani, traduit de l’italien et publié chez Cambourakis

Voici le livre le plus politique de cette présentation. C’est le premier livre de Barbara Balzerani publié en France, un roman autobiographique. Barbara a passé 26 ans en prison pour son action à la direction des Brigades rouges. Elle raconte son emprisonnement, sa position de femme dans les Brigades rouges, la lutte armée. C’est un roman assez froid, une analyse forte de l’engagement politique.

Retour au menu

Une histoire des loups

une histoire des loups


d’ Emily Fridlund, traduit de l’anglais (Etats-Unis) et publié chez Gallmeister

Madeline, une adolescente un peu sauvage issue d’une communauté hippie va s’intégrer petit à petit à une famille aisée qui vient d’emménager en face de chez elle dans un coin perdu du Minnesota. Cette famille la fascine mais elle n’en décèle la part cachée. Un roman étrange et envoûtant servi par une écriture précise et efficace sur le thème de la manipulation, l’endoctrinement et les sectes. Un excellent thriller psychologique.

Retour au menu

Vera

vera


de Karl Geary, traduit de l’anglais (Irlande) et publié chez Rivages

L’histoire se passe à Dublin au sein d’une famille pauvre. On suit Sony, 16 ans en situation d’échec scolaire qui se retrouve en apprentissage chez un boucher. Un jour Sony accompagne son père dans les beaux quartiers de Dublin où il rencontre Vera, une femme plus âgée. C’est le début d’une très belle histoire d’amour.

Retour au menu

Les fantômes du vieux pays

les fantomes du vieux pays


de Nathan Hill, traduit de l’anglais (Etats-Unis) et publié chez Gallimard

Douze années pour écrire ce roman et c’est l’un des très grands textes cette rentrée littéraire. C’est l’histoire des Etats-Unis de 1968 à nos jours. John en est le héros, il a la trentaine, est professeur de faculté et passe tout son temps libre sur des jeux vidéo. Une critique approfondie de l’Amérique et des sociétés occidentales enfermées dans l’isolationnisme et le consumérisme.

Retour au menu

Coup de projecteur sur deux éditeurs indépendants

Les éditions de l’Antilope

l'antilope


Gilles Rozier a présenté sa toute jeune maison d’édition née en 2016 et fondée avec l’éditrice Anne-Sophie Dreyfus. Ensemble, ils décident de se consacrer à la publication de textes de littérature juive. Ils lisent dans plusieurs langues, dont l’hébreu et recherchent des textes à l’étranger pour se constituer un catalogue. Ils reçoivent maintenant de nombreux manuscrits dont celui de Transport reçu par internet et leur catalogue est aujourd’hui riche de 12 titres et 11 auteurs.

Gilles Rozier souligne l’importance de suivre les auteurs, quitte à sortir de sa ligne éditoriale. Editer est avant tout un métier de relations humaines et il est important de soutenir la rencontre des auteurs et des éditeurs avec le public. Pour leur deuxième rentrée littéraire, celle de septembre 2018 les éditions de l’Antilope publieront à nouveau un roman. Le choix se fera très littérairement c’est à dire sans avoir de stratégie éditoriale.

  •  Les éditions de l’Antilope publient un seul livre en cette rentrée et il s’agit de Transport d’ Yves Flank. Ce texte est le tout premier premier roman français publié par cet éditeur. Le texte, saisissant et puissant, traite des convois de la mort vers les camps de concentration nazis. La construction littéraire très singulière de cet auteur de 63 ans a séduit les éditeurs. La langue est belle, entre onirisme et réalité.

Retour au menu


Les éditions Intervalles

intervalles


Armand de Saint Sauveur crée les éditions Intervalles en 2005 après une longue expérience dans l’édition, chez Autrement notamment. Il choisit de publier de la littérature étrangère, afin de décentrer le regard, de voir ailleurs et l’ailleurs, de s’ouvrir sur le monde et de sortir un peu du nombrilisme habituel de l’édition française. Il ne publiera des auteurs français que plusieurs années plus tard lorsque la maison d’édition se sentira prête à s’engager auprès des auteurs. Sa forte volonté de se libérer des voix toutes tracées et d’aller découvrir de nouveaux talents d’écriture l’amène logiquement vers l’édition de premiers romans. Armand de Saint Sauveur évoque le choix de publier des premiers romans lors de cette rentrée littéraire comme une stratégie de mise en avant des découvertes de la maison d’édition, ce qui attirera forcément un peu plus l’attention et profitera en définitive à tout le catalogue.

L’importance apportée aux échanges entre l’auteur et l’éditeur est aussi soulignée ceci pour le travail du rythme du récit et sa cohérence. Pour M. de Saint Sauveur il y a le temps de l’écriture, puis celui de la lecture où le livre n’appartient plus à l’auteur mais à tous ses lecteurs. A ce propos la présence de l’auteur est vraiment nécessaire lors des rencontres et des festivals. L’auteur doit se faire connaitre et bâtir son réseau. Pour les primo-romanciers, il est même nécessaire que l’éditeur les prépare en amont à toutes ces rencontres.

Les trois premiers romans des éditions Intervalles, trois projets éditoriaux 

  • La Voix de Cabo, de  Catherine Baldisseri. Après quatre années de travail et de relecture, elle propose ce roman qui retrace la vie d’une femme uruguayenne, ces choix, les tournants de son existence. Elle nous transporte de Montévidéo et son animation urbaine à Cabo, une station balnéaire de la côte atlantique avec ses vagues, ses rustres chasseurs de loups de mer et son école. L’auteur nous parle ici de transmission et de destin.

  • Femme de seconde main, d'Ursula Kovalyk . Traduit du slovaque. Ce texte n’est pas le premier roman de l’auteure mais bien son premier livre traduit en français. Elle a publié en Slovaquie de nombreux livres, ainsi que de la poésie et du théâtre. Sur un ton drôle et grinçant, elle critique ici le monde marchand actuel à travers le personnage en errance d’une jeune femme qui quitte son village pour aller vendre son temps.
  • Petits hommes, de Konrad Laghos. L’auteur est journaliste et Petits hommes est son premier roman. Dans ce roman, il aborde le passage de l’enfance à l’adolescence, ce temps particulier qui peut être si cruel et la relation au père.
Retour au menu

Les prix décernés aux premiers romans

Prix Goncourt du premier roman

marx et la poupée


Décerné à Maryam Madjidi, pour Marx et la poupée, publié au Nouvel Attila.

Retour au menu

Prix Stanislas

ces reves qu on pietine


Décerné à Sébastien Spitzer pour Ces rêves qu’on piétine publié à l’Observatoire.

Retour au menu

Prix du premier roman

ma reine


Décerné à Jean-Baptiste Andréa pour Ma reine publié chez l’Iconoclaste.

Retour au menu

Prix du premier roman étranger

les bijoux bleus


Décerné à Katherine Winkler pour Les bijoux bleus, publié chez J. Chambon.

Retour au menu

Prix Costa du premier roman

Eleonor Oliphant


Décerné à Gail Honeyman pour Eleanor Oliphant, publié chez Fleuve éditions.

Retour au menu


Voir aussi

Sur le catalogue

Sur ce site

Sur internet

Festivals & Prix littéraires

Les prix